Traversée du nord du Laos avant passage au VietNam

Suite de mon trip… Comme expliqué dans les articles précédents, mes meilleurs photos sont visibles sur mes albums online. Ici j’ai simplement disposé quelques photos pour illustrer l’histoire.

  • J40 (13/01/2014) ————————————————————————

A l’arrivée à Vientiane de nuit, la laotienne m’aide un peu à trouver un transport pas cher mais sans vraiment de succès. Je me retrouve dans un tuktuk qui pétarrade et m’emmène à l’auberge de jeunesse que j’ai repéré, Sihome Backpackers Garden Hotel. Elle est pleine et on m’oriente vers une autre qui dépend de la même équipe et se trouve non loin de la première. Ambiance très rustique, chambres rudimentaires où tout donne dehors y compri

s les sanitaires. La soirée est calme, je pars seul pour dîner et découvre une variante laotienne d’un plat thaïlandais dont j’ai malheureusement oublié le nom, délicieux… Après un passage par le marché de nuit qui commence à remballer, au retour une jeune et jolie laotienne me propose de lui payer un verre dans un bar. Je sens le plan foireux, certainement une prostituée.

Au matin donc, j’hésite à suivre certaines recommandations et aller visiter une sorte de parc d’attraction dédié à Bouddha. A la fois je ne suis pas emballé et en plus c’est assez compliqué et cher pour y aller. Je décide plutôt de louer un scooter à l’auberge, électrique ici, ambiance écolo oblige. Et je pars faire mon tour en ville. Visite d’abord du temple Sisaket, assez impressionnant. Puis je file vers le nord est où se trouve un ensemble de temple et notamment le Patuxay, une sorte de tour avec arche qui fait vaguement penser à l’Arc de Triomphe, pour donner une idée. J’ai trouvé plus amusant de photographier l’armée de photographes qui sont postés ici pour proposer aux touristes de les photographier et qui disposent d’imprimante dans leurs vans pour vendre en direct les photos. Et ça marche pas mal.

Je poursuis vers le nord est pour arriver au temple Pha That Luang, un ensemble constitué de temples, d’un bouddha couché et dorée, et d’une pagode également dorée. Ici je découvre la pratique du lâcher d’oiseaux. Des locaux se promène autour des touristes avec des petites cages en bois dans lesquelles sont enfermés des oiseaux, des petits moineaux. En échange de quelques billets on nous donne une cage et après une petite prière on ouvre la porte de la cage pour laisser échapper l’oiseau. Le principe est à priori que la prière a des chances d’être réalisée grâce à la bonne action que l’on fait en même temps, à savoir délivrer un oiseau de sa captivité. L’histoire ne dit pas que l’oiseau se retrouve dans une cage dans le quart d’heure qui suit pour être resservi à un autre touriste. Manège amusant et significatif de l’importance qui est accordée aux bonnes actions. Même si tout n’est que mise en scène. J’ai trouvé ça incroyable, un mélange de naïveté, de simplicité et de pragmatisme…

En quittant ce lieu de tranquillité et de réflexion je me suis perdu dans un quartier résidentiel, le temps d’apercevoir quelques vieilles voitures françaises brinquebalantes. Ceci venait confirmer le sentiment d’une présence française passée et présente dans cette ville. En effet, j’ai rencontré plusieurs expatriés vivant ou ayant vécu dans cette ville tranquille, réputée pour être un soulagement pour les expat oppressés par la dynamique fourmilière qu’est Bangkok. On voit également en ville quelques boulangerie et salon de thé proposant des viennoiseries…

Un passage dans un centre commercial m’a fait découvrir l’ouverture de ce pays au commerce. Le Talat Sao shopping Mall, une architecture de galerie Lafayette avec plusieurs étages en balcon circulaires donnant sur un patio intérieur. Le tout assez vieillot et brut de béton finalement, qui laisse penser qu’ils ont réouvert ce lieu récemment après des décennies de disette. On y trouve surtout des boutiques de vêtements (chinois sans doute pour la plupart), de petits resto et fast food, et surtout une quantité phénoménale de boutiques de téléphones portables et accessoires ! Alors ici, vous pouvez trouver tout ce que vous voulez en copie d’Iphone et de Samsung Galaxy, c’est incroyable ! J’ai hésité un moment mais honnêtement la qualité semble limite et le prix n’est pas si attractif (enfin avec un oeil et un budget de backpacker peut-être…).

J’ai mangé vite fait dans le Mall, ai repris mon scooter dans le parking gardé du bureau de poste, en face, et suis reparti vers le centre ville avec l’intention maintenant de me perdre un peu en dehors de la ville et surtout sur les rives du Mékong.

Vers l’ouest de la ville se trouve l’aéroport, que j’ai longé un moment, avant de me retrouver assez loin au bord du fleuve, et avec une petite pensée pour ma batterie dont l’autonomie n’est pas illimitée. Je décide de m’arrêter ici pour revenir vers la ville en longeant le fleuve. C’est magnifique. J’assiste à une cérémonie funéraire d’une famille qui embarque sur une pirogue pour jeter à l’eau les cendres d’un mort. En parcourant la piste, qui n’est autre qu’une nouvelle route en construction, je rencontre un cycliste et on discute un peu. Il est américain, a fait du business pendant longtemps avant de décider de passer sa retraite ici. Il possède un condo à Bangkok et une maison près de Vientiane où il vit la plupart du temps au calme avec sa femme laotienne. Une allusion discrète me fait comprendre qu’il est venu ici pour la qualité de vie, le confort, et la facilité pour trouver une femme simple et facile à vivre (le terme soumise me traverse l’esprit). En tout cas il est heureux et c’est tant mieux ! L’endroit est magnifique. Le temps passe et finalement je vois que je vais assister au coucher de soleil sur ce chemin. Pas prévu mais parfait finalement. Le soleil se couche en diagonale, au dessus de la rive d’en face, la Thaïlande. Je prend de magnifiques photos. Un homme qui vient à priori inspecter ou relever ses cages ou ses filets au milieu du fleuve (l’eau est très peu profonde sur la majeure partie), avec sa pirogue, m’offre un élément inespéré pour donner un intérêt à mes photos. Je vais en tirer quelques unes de mes plus belles de ce trip asiatique…

En rentrant à l’auberge à la tombée de la nuit je sociabilise et discute avec plusieurs personnes ici. J’ai la surprise de rencontrer le plus vieux pensionnaire d’auberge de jeunesse que j’ai jamais rencontré, un homme de 72 ans qui voyage en Asie à son rythme, c’est-à-dire très doucement. Je parle un moment aussi avec un quinquagénaire espagnol anciennement pompier de forêt en Espagne qui effectue maintenant des missions pour une organisation dépendant de l’ONU pour la protection des forêts. 6 mois de travail et 6 mois de voyage, tel est son rythme à lui… Je rencontre ensuite un canadien un peu fou avec qui entre autres je passerai la soirée.

Au matin j’ai normalement un bus pour m’emmener à Vang Vieng, au nord de Vientiane. L’organisation est ce qu’elle est par ici, malgré la bonne volonté du responsable de l’auberge, le principe est qu’ils remplisse un bus sans se préoccuper du nombre de personne qui ont pris des tickets. S’il n’y a plus de place, il décident alors s’ils affrètent un autre bus ou un van, fonction du nombre de personne. On perd donc plus d’une heure à attendre finalement deux vans qui vont nous amener pour 3 heures de route. On s’arrête en route devant un magasin, le chauffeur ayant eu une petite commande de denrée alimentaires qu’il revendra à l’arrivée.

Vers le Nord – Thaïlande (Isan)

Suite de mon trip… Comme expliqué dans les articles précédents, mes meilleurs photos sont visibles sur mes albums online. Ici j’ai simplement disposé quelques photos pour illustrer l’histoire.

  • J35 (08/01/2014) ————————————————————————

L’australien de l’hôtel me met en garde sur le risque de mon trip mais je décide de faire confiance à Mr WhyNot. Avant de quitter l’hôtel, une petite sauvegarde sur clé usb sur le pc de l’hôtel quand même, on sait jamais où on atterri dans ces cas là.  On file ensuite au Wonder avec Nelis où on retrouve le prof d’anglais bulgare-chinois dépressif.  Petit dej avant d’y aller et c’est parti sur la moto avec Mr WhyNot! Après un arrêt pour se renseigner il finit par trouver un van qui part vers Anlong Veng à 15km de la frontière. Il ne connait pas le chauffeur mais me dit que c’est bon pour 4 dollars.

J’embarque donc dans le van avec 6 ou 7 personnes, un couple assez jeune, une jeune maman et sa petite fille, une femme plus âgée et 2 hommes dont le chauffeur.IMG_3433

Après quelques km on fait un arrêt essence le chauffeur essaie déjà de m’extorquer de l’argent pour payer l’essence dit-il, mais sans plus d’agressivité. Je maintiens que je le paierai à l’arrivée. La petite fille très mignonne dans le van avec sa maman commence à vouloir parler avec moi (par geste).

On échange quand même quelques mots d’anglais et elle m’apprend 3 mots de cambodgien. C’est maintenant que j’apprend quelques mots de khmer… Pas très malin ça. Mieux vaut tard que jamais comme on dit ;). Elle n’aime pas les chewing-gums que je lui donne et le crache dehors ; on rit beaucoup ! J’offre des cookies, ça marche du tonnerre même si ça ne déride pas trop une dame avec son fiston qui sont monté en cours de route.

IMG_3443

IMG_3446

Et à un moment, sans trop comprendre pourquoi, le couple derrière commence à s’engueuler. Cela surprend tout le monde, ça va crescendo! Limite ils se tapent. Evidemment je ne comprend rien à ce qu’ils se disent, mais les autres passagers ne s’en mêlent pas. Je leur propose quand même des cookies, histoire de les calmer. APrès tout le chocolat a quelques vertus ;). Je n’arrive même pas à saisir l’origine de la dispute ; jalousie, bêtise de l’un des deux… La scène est surréaliste pour moi et je me dis qu’au moins les problèmes de couples il y en a dans toutes les cultures 🙂

Le chauffeur gère son affaire avec son portable ou bien parfois en voyant des gens sur le bas-côté avec des marchandises à transporter. Lors des 3-4 arrêts qu’on effectue on prend des poules et un cochon dans le coffre je crois, ainsi que quelques sacs et cartons. Cependant même si on est très serrés sur la fin le van est plutôt confortable.

A l’arrivée ça se passe très vite. Je paie vite fait le chauffeur, n’ai même pas le temps de dire au revoir aux autres passagers que je me fais alpaguer par des motos qui me proposent d’aller à la frontière,. L’un d’eux prétend être le frère du chauffeur du van. Il a dû le prévenir sur la route… Je me lance dans une négo frénétique, feins d’aller me chercher à manger (j’hésite fortement d’ailleurs car j’ai pas mal faim), demande à un autre gars qui n’a même pas les 3 mots d’anglais du premier, fait quand même baisser le prix. Finalement le frère qui m’a suivi rapplique et accepte pour 3 dollars. Et c parti!

Mais je vais prendre une leçon: toujours avoir de la monnaie surtout dans la campagne…

IMG_3453    IMG_3447

Le trip en moto de 15min sans casque et sans assurance se passe sans encombre. Puis on est a la frontière.  Et c’est là que c’est drôle,  le gars n’a pas le change en dollars sur 10$, les boutiques autour n’ont pas de dollars (on fait le tour), il me rend donc en riels, dont je ne vais rien faire. Et en plus je me fais un peu avoir sur le change et perd un peu de ma négo… Déçu pour le principe, ça n’entame pas ma bonne humeur. C’est de bonne guerre…

Je marche jusqu’au poste. On me dit qu’il n’y a paIMG_3473s de bus pour Surin. Je ne m’affole pas, c’est pas comme si c’était le soir et qu’il y avait pas une âme. Et puis j’ai mine de rien comme un réflexe dans ma tête… je m’attend à entendre le douanier me dire : « Attention il n’y a pas de bus, ni de taxi ici, et la ville est très loin! Mais si vous voulez j’appelle mon cousin qui vous emmènera en voiture jusqu’à la ville la plus proche, mais ça vous coûtera 50$… ». On y peut rien c’est automatique quand on vit en Asie, on sent les arnaques. Donc je ne dit rien et attend. Mais finalement ils ne me proposent pas de combine cette fois là 🙂

Passeport, ok ça passe. Je suis sorti du Cambodge. Thailand now!

Il fait chaud. Frontière déserte, aucun touriste malgré un énorme casino encore en construction. Je sais que cette frontière est assez tendue parfois, du fait de dispute des deux pays sur une zone frontalière située plus à l’est, près d’un temple très connu. Ils se tirent parfois dessus. Le site est du coup inaccessible aux touristes d’ailleurs actuellement.

IMG_3475

Je vois une gargote juste après le poste thaï et je décide de patienter avec un coca et glaner des infos. Comme je n’ai pas de Baht l’homme fini par m’offrir le coca. J’insiste pour lui laisser des riels en lui expliquant la conversion. Non mais, je ne vais pas me faire nourrir gratos quand même! Des douaniers arrivent aux abords.  Ça parle très peu anglais, c’est très difficile. Mais l’un d’entre eux parle mieux que les autres et me dit (avec quelques mots d’anglais et gestes, et quelques mots thaï que j’ai appris) qu’un ami peut m’emmener a Surin. On me prévient qu’il y a environ une heure d’attente, avec la chaleur! Il y a plein de bestiole entre moucherons et moustiques qui paraissent sortir de nulle part et se collent à mes jambes et visage. Un vieux policier  qui n’est pas en service attend avec moi. J’essaie de parler thaï avec lui, et mon dictionnaire rudimentaire (le guide). J’en apprend un peu sur son métier.

IMG_3478Au bout d’un moment finalement, le carrosse arrive, c’est un hummer! Et en fait plusieurs soldats montent dedans, y compris l’homme qui m’avait proposé le plan, qui doit être le plus haut gradé.

On traverse la campagne jusqu’à une station essence où on me propose de monter dans le pick-up d’un ami du chef, avec un autre soldat. Je comprend mieux. Lui a assez peu de conversation, pas anglais,  même entre eux ils ne se parlent pas. Joli coucher de soleil sur le chemin. On a failli écraser un chien. Les chiens sont assez inconscient en Asie. Enfin Surin. Il me dépose près du marché,  vers l’hôtel que je vise, sans toutefois avoir de réservation. Je traverse le marché où j’irai manger ce soir.

Comme précisé dans le guide, l’hôtel est old style. L’entrée fait très bizarre avec ces grosses banquettes en bois, le réceptionniste avec ses deux dents est un peu flippant. Il fait chaud et il y a pas mal de moustiques. L’homme me présente tous les tarifs. Je prend finalement une chambre au fond car c’est moins cher et il m’explique que je n’aurai pas le bruit des oiseaux de la rue (qui est effectivement terrible!). La chambre est juste correcte, c’est propre, la cuvette est cassée ce qui fait que l’eau de la chasse d’eau coule à côté. Pas pratique ça! Sinon ça me va très bien. J’ai même la télé pour le prix !

IMG_3488

Étonnant ces ouvertures dans le sol des couloirs, ça ne doit pas être évident à nettoyer ici !

Le wifi ne fonctionne que dans le hall. Je checke internet puis je sors dîner au marché de nuit.

IMG_5655

Le marché est petit mais il y a des trucs que j’ai jamais vu. Pad thaï finalement après quelques saucisses mangées sur des bâtonnets, puis je craque pour une part de gâteau au chocolat.

IMG_3491IMG_5654

Je croise un groupe de filles western dont une me dévisage. Effectivement je remarque qu’on est pas nombreux en touriste par ici. Surprenant il y en a très peu, quelques vieux avec une thaï plus jeune (je commence à peine à m’habituer à ça). Je goûte un truc bizarre noir qu’ils mange dans un verre de lait, de la gélatine… Je goûte aussi des vers fris. Pas si écœurant et le goût n’est pas mauvais. Je décline par contre les criquets et autres blattes qu’on me propose… trop pour moi !

IMG_5653IMG_3489

Une petite photo de ce qu’on peut voir en Asie concernant les installations électrique. Difficile de croire que ça marche. Il y a très peu d’accidents électrique, si si !

IMG_3492

Ensuite je marche jusqu’au Beer bar. J’ai lu dans le guide que c’est un endroit où ça bouge. Ambiance concert, énorme terrasse avec tables, je compte 7 personnes je crois, des clients du gros hôtel derrière,  des couples étranges qui n’ont rien à se dire. Un  écran géant qui passe une série thaïlandaise que je commence à connaître. Surréaliste!  Je bois trop, seul en plus! Personne à qui parler vraiment ici ! Heureusement j’ai le wifi, je checke de quelques mails à écrire et je récupère des infos pour les prochains jours…

Retour dans les rues sombres vers mon hôtel et ses couloirs type lycée. La ville est morte. Je n’ai vraiment pas envie de rester une journée ou une nuit de plus ici! Je décide de partir le lendemain vers l’est.

J’ai la télévision, je tombe sur un match Manchester-Liverpool avec Barthez, Veron, Van Nistelroy et… Laurent Blanc… Je me sens vieux.

  • J36 (09/01/2014) ———————————————————————

Départ de Surin. Je n’ai pas très envie de rester. La ville encore trop grande pour ce que je recherche à ce moment là. Je voudrais me perdre dans un paysage calme et reposant, proche de la nature… Je vise Khon Chiam, à la frontière avec le Laos, au-delà de Ubon Ratchatani.

Je me rase complètement le matin, j’en ai marre de cette barbe noire gris blanc. Faudra que j’arrive à aller chez le coiffeur aussi. Sinon je vais finir par me raser la tête avec ma tondeuse (ou j’ai une tondeuse, pour me tailler la barbe aussi)… Dernier check internet puis je mets tout ça sur mon dos, sans trop savoir où je vais d’ailleurs. Dans le guide je repère la gare de bus.

Une fois arrivé en marchant à la gare de bus, il m’est difficile d’avoir des infos, tout est en thaï, rien en anglais… Une femme du bureau des infos (je crois) avec une énorme couche de maquillage m’aide finalement et je l’écoute, même si elle me fait peur. La compagnie évoquée dans mon guide, Nakhonkai bus, est installée dans une autre station, il faut y aller en tuktuk… ça ne m’arrange pas. Elle me propose aussi un minibus vers Sisaket, entre Surin et Ubon, à 2h de Surin. Ensuite je comprend que je devrai trouver un autre moyen de transport pour aller à Ubon Ratchatani. Si je prend mon temps pour manger, retirer du liquide pour manger et assurer la suite, je vais rater ce van et perdre 30min voire une heure… Décision rapide a prendre. J’ai pas envie de perdre de temps ici ou à Ubon donc c’est parti, sans petit déj ni d’argent (à part pour payer le van évidemment)! Le trajet se passe sans problème particulier. Je sens les autres passagers (je suis le seul étranger) plutôt timide et la tête dans leurs soucis. Ils semblent peu parler anglais donc ne viennent pas vraiment vers moi. Mais j’échange quelques mots avec ma voisine. On arrive à Sisaket où je ne mets pas longtemps à trouver un autre van pour aller à Ubon Ratchatani. Je n’ai toujours pas eu le temps de manger, je privilégie d’arriver à destination avant le soir…

Arrivé à Ubon, je me trouve dans un vrai terminal de bus, avec restaurants et même un ATM, ce qui me permet de retirer de l’argent. Pour aller à Khon Chiam on m’indique que je dois prendre un bus pour Phibun, une ville à mi-chemin. Décidément ce trajet ne veut pas être simple! Avant le bus pour Phibun j’ai le temps de déjeuner dans une partie restauration où des femmes se battent pour attirer les voyageurs. Elles ont chacun un coin pour cuisiner, pas spécialement propre mais tout le monde mange ici et ça a l’air bon, donc je m’en fous! Petit moment tranquille dans cette journée de route. Je finis par monter dans le van pour Phibun. Au bout d’un moment on arrive dans une ville, le van s’arrête devant ce qui ressemble à une école. Je ne sais pas où je suis, en plus je me réveille… Je finis par demander Phibun, on me dit que c’est là, au moment où d’autres passagers commençaient à monter à la place de ceux qui sont descendu, je me fais bien remarquer quand je descend en panique!

Ensuite je demande pour aller à Khon Chiam, et là le grand classique : le personne à qui j’ai demandé se retourne vers d’autres et je me retrouve devant 5 ou 6 personnes discutant de comment on peut m’emmener à Khon Chiam. Evidemment, on ne peut pas s’empêcher de se dire qu’ils réfléchissent aussi au moyen de gagner de l’argent avec moi… Finalement on m’oriente vers un tuktuk qui me propose de m’emmener vers une sorte de gare d’où partent des vans.  Tuktuk très sympatique au demeurant 🙂

IMG_3501

L’endroit est un parking au bord du fleuve, vide.
Le conducteur du tuktuk Harley-Davidson qui m’a pris me fait attendre, passe un coup de téléphone puis m’explique que tous les Songtaew sont parti. Il est assez tard pour le coin, c’est la fin de la journée (
17h). Il me propose de m’emmener lui-même tout seul à Khon Chiam.
Je sens l’arnaque car je vois passer sur le pont des pickups avec des passagers mais je crois qu’il est difficile de s’insérer dans un de ces véhicules. Je finis par accepter la course, non sans avoir négocié âprement avant… Le voyage sera bruyant et secoué! Une heure à l’arrière de ce truc! Je profite quand même d’un joli coucher de soleil sur la route 🙂

IMG_3505

Les 2 jours et 2 nuits que je passe à Khon Chiam sont plutôt solitaires et tranquille, au bout du monde. Cette petite ville est l’endroit le plus à l’est de Thaïlande, le Laos est en face.

IMG_3534

IMG_5714

 

 

Le confluent est assez joli, je m’offre une belle séance photo en fin de journée au bord de la Moon, avec un pêcheur qui répare son bateau.IMG_5718

Je rencontre des français dans un restaurant avec vue où je mange une des meilleures assiettes que j’ai eu dans l’Issan.

IMG_3517IMG_3531

 

 

 

 

 

J’observe aussi un meeting politique qui a lieu dans un gymnase en centre ville. La balade en scooter au Parc National Kaeng Tana est un peu décevante mais ça me fait une sortie au vert et je m’initie à la photographie botanique sur de jolis papillons. Je décide que ma prochaine étape sera Khon Kaen, au centre de la partie est de la Thaïlande, une grande ville de province. A 1h à l’ouest de cette ville se trouve le parc national Phu Kradung dont le nom et ce que j’en ai lu m’attirent.

  • J38 (11/01/2014) ———————————————————————-

Le van quitte Khon Chiam au petit matin (5h rien que ça), pour Ubon Ratchatani. Je rencontre 3 étudiants français dedans qui en profitent pour visiter le pays. Ils semblent déjà bien rôdé à la Thaïlande et aux thaïlandais. On se sépare à Ubon car je dois rejoindre le terminal de bus et eux prennent le train pour revenir vers Bangkok. C’est donc parti pour 5h de bus pour la capitale de l’Isan. J’y ai déjà repéré un hôtel, le Sawasdee, l’un des moins chers de la ville, non fournie en termes d’auberge de jeunesse (cette ville n’est pas du tout touristique).

Au premier abord si je revois mon séjour à Khon Kaen je peux dire que je m’y suis fait royalement chié. Ensuite je dois dire que j’ai trouvé ça intéressant malgré tout d’observer la population d’une ville de grande taille, active économiquement, dotée d’universités et où les touristes sont plutôt absent. J’ai donc eu un aperçu de la vie moderne « normale » en Thaïlande. Je précise « moderne » car je n’y ai pas observé la vieille Thaïlande et ses anciennes coutumes. Ici, tout est à jour. Evidemment il y a pas mal de gens des classes sociales pauvres qui occupent les places de vendeurs de rue, travaille dans les petits magasins ou dans les marchés. Mais c’est plutôt la classe moyenne que j’ai vu, celle qui finalement se permet d’acheter des smartphone, va au restaurant, a une voiture (japonaise), etc. Ainsi j’ai été me perdre dans un grand Mall, où j’ai fait des achats et me suis fait plaisir avec une chaîne de glacier que j’ai adoré.

Mais si je parlais de ce qui a marqué mon séjour à Khon Kaen, je parlerais d’abord des transports public. En arrivant, j’ai d’abord eu comme objectif d’atteindre rapidement le Parc National du Phu Kradung. Aucun succès sur cette mission. En effet, impossible de trouver un moyen de transport (par trop cher) pour y aller (j’excluais la location de voiture ou le taxi). J’ai demandé à tout le monde, hôtel, agences de voyage, terminal de bus… Déprime totale, ce n’est pas vraiment la saison d’aller crapahuter dans ce parc il est vrai… J’ai donc laissé tombé et me suis concentré sur une autre mission, celle d’aller chercher un visa pour le Laos, au Consulat du Laos.

D’abord, très difficile d’obtenir la véritable adresse IMG_3544de ce consulat. Comme s’il était secret…
Je me suis rendu à l’ancienne adresse (mais ça on est au courant quand on est devant un chantier en démolition), puis pour aller à la nouvelle (et bonne) adresse j’ai dû
passer par un apprentissage des transports publics (songtaew). Car évidemment je voulais éviter le taxi et surtout arriver à me débrouiller seul. Après plusieurs heures et demandes de renseignement, au terminal des bus locaux j’ai fini par obtenir un plan des lignes! Quel bonheur! Et au final c’est plutôt simple, des couleurs pour chaque ligne. Et il y a beaucoup de véhicules. Le tarif est à la distance, et aussi un peu à la tête du client, mais ça reste dérisoire pour moi.

IMG_3561 IMG_3545

Je parviens donc à me faire emmener en banlieue au consulat. Quelle bonne surprise d’y arriver et de voir que c’est fermé complètement! Je marche 10 minutes et trouve un hôtel pour demander quand c’est ouvert. On me dit tout simplement « ça ouvre demain car aujourd’hui c’est dimanche ». Quel idiot! J’avais perdu la notion des jours… Il me reste à rester une nuit de plus ici. Puisque j’y suis et que j’ai faim, je marche encore un peu pour atteindre un grand Mall Tesco. Je fais un tour des commerces, achète une chemise et une ceinture au supermarché, craque ensuite sur un KFC. J’ai failli aller au cinéma mais le film que je voulais voir n’est pas en VO et juste en face se trouve un magasin Swensens dont je me souviendrai!

IMG_3541 IMG_3542

Je discute brièvement avec un étudiant ici. Tout content de trouver quelqu’un qui parle anglais moi! Plus tard je discuterai aussi avec une prof d’anglais dans une annexe de la fac où j’étais venu chercher du wifi. S’il y a peu de touriste ici, j’ai noté quand même un nombre important de couples mixtes avec un vieux et une thaï accrochée à son bras. Ici pour échapper aux regards désapprobateurs des étrangers sans doute…

IMG_3557Cette ville est étonnante, on y trouve des magasins d’arme (un parfum d’US). J’ai aussi trouvé qu’ils avaient un sens du marketing pour vendre des imprimantes photos assez développé 😉

IMG_3563

 

 

 

 

 

Le lundi je suis donc allé au Consulat où, en 15 minutes, j’ai eu mon visa pour le Laos. Ainsi je peux partir tranquille et dans la foulée je vais au terminal de bus longues distances et j’embarque pour Vientiane. Cette ville m’a fatigué, pourtant je n’y ai rien fait!

Le voyage vers le Laos est très court car à peine 3 rues après le terminal le bus a un accrochage avec un 4×4 qui nous vaut plus d’une heure d’attente. Les assurances envoient chacune leur expert. Amusant, j’en profite pour lier contact avec un jeune voyageur américain étudiant en Chine, et une femme d’une cinquantaine d’année, laotienne, travaillant au ministère du commerce au Laos et fait un MBA à Khon Kaen. Très intéressant. Elle m’explique que le Laos est en train de s’ouvrir et se doit d’apprendre le commerce international. Elle a vécu longtemps en biélorussie (communiste comme le Laos) et parle pas mal anglais.

IMG_3568

IMG_3567 IMG_3566 IMG_3565

C’est sympa car elle nous donne quelques conseils pour passer la frontières sans encombre. On y arrive de nuit…

  • J40 (13/01/2014) ————————————————————————

Cambodge – Siem Reap

Suite de mon trip… Comme expliqué dans les articles précédents, mes meilleurs photos sont visibles sur mes albums online. Ici j’ai simplement disposé quelques photos pour illustrer l’histoire.

  • J31 (04/01/2014) ————————————————————————-

Le départ est prévu à 9h mais comme souvent je suis bien en avance, pour prévenir tout problème. Et je n’ai pas eu de problème. Trajet en skytrain jusqu’à Mochit puis un bout en taxi car j’ai pas trouvé de bus et j’ai la flemme de marcher avec mes sacs à travers le parc Chatuchak. Je prend le ptit déj à la gare des bus en attendant. Je trouve le quai, j’aperçois un peu les passagers qui vont être avec moi dans le bus, notamment un couple de jeune autour de 25 ans qui me paraissent français. Cela se confirme après, et ils avouent qu’ils pensaient la même chose de moi. Je suis déçu de ne pas passer inaperçu 😉

Lorsque le bus part, chacun a une place attribuée (je me fait encore avoir car les numéros sont fixés au dos des sièges mais désigne le siège de devant. J’étais donc assis une rangée trop loin, ce n’est que la 3ème fois que je me trompe comme ça). Je me trouve à côté d’un moine en habits jaune pâle, d’origine vietnamienne. On discute pendant plus d’une heure. Le trajet dure 3h je crois. On a une longue discussion sur la religion bouddhiste, ce qui l’amène à évoquer longuement sa vie.

C’est très intéressant. Je lui fait part de mes déceptions et interrogations sur ce que j’ai pu voir depuis mon arrivée en Asie et cherche à obtenir des explications sur tout cela. Il s’agit notamment du fait que le bouddhisme prône l’austérité et la simplicité dans la vie. Il me semblait également qu’il ne s’agissait pas d’une religion proprement dite (pas monothéiste puisqu’il n’y a pas de dieu) mais plus d’une philosophie. Enfin j’ai été surpris de voir tant de fidèles (adeptes?) prier et déposer des offrandes dans un but unique, recevoir en échange (santé, amour, réussite…).

J’étaye mon premier point avec mon expérience au Myanmar. Les temples y sont extrêmement riches en dorures, statues en or ou plaqué or. Un rite à Mandalay est de déposer des feuilles d’or sur une statue géante de Bouddha, à Yangoon la pagode la plus importante est dorée et autour se trouve une multitude de temples ou on croirait voir une course à celui qui aura le plus de statues… Cela m’a interloqué.

Il me répond simplement que chacun a sa manière de pratiquer ses croyances, et que beaucoup de bouddhistes s’éloignent un peu des pratiques d’origine, que cela ne change pas le fond de la philosophie du bouddhisme…

Ensuite la vision de tant de personnes priant devant des statues de Bouddha, le personnage principal de cette religion, me donnait l’étrange impression qu’il s’agissait d’un dieu, même s’il a été homme.

Il m’a confirmé que Bouddha reste un être humain dans la religion, qui a choisi une voie dans son existence et a choisi de tenter de répandre un message ou une philosophie (avec succès), mais qu’il reste un homme.

L’histoire de ce moine est sans doute peu originale. Il n’a pas été moine depuis l’enfance, il était encore dans sa période d’initiation (à environ 50 ans). Il a travaillé plusieurs années dans des compagnies maritimes, qui l’ont amené à vivre au Canada notamment, à Vancouver. Il m’a expliqué avoir eu énormément de stress dans son travail, de pression de ses patrons, et avoir décidé un jour, pour sa santé, de mettre un terme à ce genre de vie. Il a donc décidé de faire le ménage dans son existence et devenir un moine, choisi une vie de méditation et d’enseignement de la philosophie du bouddhisme.

Je résume ici la conversation, mais s’il ne m’a pas vraiment convaincu ou rassuré, il s’est montré très ouvert, curieux et agréable, comme tous les moines que j’ai pu rencontrer depuis mon arrivée en Asie. Ce sont évidemment toujours des personnes intéressantes et éduquées  (parlant au moins anglais) qui viennent au devant des voyageurs.

Le trajet se passe sans encombre. A la ville frontière à Poïpet, les chauffeurs tentent de nous emmener faire nos visas dans des bureaux suspects, mais les quelques personnes du bus qui n’ont pas encore leur visa (comme moi) ne sont pas dupe, ou se font expliquer que c’est une arnaque. On arrive finalement à la frontière ou tout le monde descend.

On sort d’abord du bus pour sortir de Thaïlande (ce qui prend déjà bien 30 minutes d’attente). Puis on marche au milieu de la frénésie de la zone intermédiaire pleine de casinos hôtels pour atteindre le bureau (sur la droite, très mal indiqué) pour faire faire les visas cambodgiens. On m’avait prévenu que les officiers demandent un petit complément de 150Bth aux 20$ officiels, que l’on peut refuser facilement de payer. J’ai tenté, mais je ne suis pas fait pour ça sans doute. Le gars, en uniforme officiel des douanes, devant le guichet du bureau rempli de fonctionnaires en uniforme, exige de moi les 150Bth (complètement illégal mais vrai). Mes premiers refus souriant ne le séduisent pas vraiment, il veut me renvoyer au bout de la file d’attente, je ne bouge pas mais il me tourne le dos. Je bloque toute la file, ça devient un peu le bazar… je finis par sortir les sous qu’il demande, à regret, car je crois que la situation est bloquée pour moi… Ensuite après 10 minutes d’attente on me ramène mon passeport avec le visa.

J’apprend après que la personne derrière moi a dit gentiment non et a été laissée tranquille… Bon, je ne sais pas si c’est à la tête du client, mais je suis énervé. Ce n’est pas pour l’argent (ça représente 3€), mais c’est pour le principe.

Ensuite vient le passage de frontière pour entrer au Cambodge. Là encore quelques arnaques possible, notamment de personnes qui se proposent de vous faire passer plus vite, ou de faire passer vos enfants plus vite. Cela fonctionne parfois (je parle de l’arnaque) car ici l’attente est très longue (plus d’une heure et il fait très chaud). Mais le bon comportement est de sourire et de ne pas bouger 🙂

On obtient enfin tous nos tampons et tout le monde de retrouve dans le bus (que l’on rejoint en revenant en arrière dans la zone intermédiaire d’ailleurs, ce qui m’a beaucoup surpris). Et c’est reparti !

On arrive enfin dans l’après-midi à Siem Reap. J’ai fait connaissance d’une australienne et d’un couple sud-africain dans le bus, en plus du jeune couple de français. Aucun n’est vraiment de mon âge. 25 ans pour les français, plutôt dans les 45 pour les autres… Mais en tout cas des rencontres intéressantes. Je me plais à discuter avec les plus expérimentés de la vie, comme avec les plus jeunes.

A l’arrivée, on partage des tuktuk et je me retrouve avec l’australienne (la seule à être seule). Elle oublie de demander les coordonnées des sud-africain, du coup elle les perd définitivement. Je dirige le tuktuk à mon hôtel, le Wonder Angkor Hotel, très bien noté sur tripadvisor. L’australienne n’a pas réservé, et à mon hôtel c’est complet. La voilà donc qui part à la recherche d’une chambre dans la même rue. Elle finira pas trouver à 3 maisons de là.

A l’hôtel, je discute rapidement avec une jeune Australienne (une autre) avec des origines malaisiennes, Michelle, qui demande au patron des infos pour aller à Angkor Wat en vélo le matin. Il lui explique qu’elle doit être très prudente car il y a pas mal d’agression sur le chemin, par des gamins qui profitent des touristes seuls et dans le noir. Il lui conseille de se faire accompagner ou bien de prendre un petit détour pour éviter la zone sensible.

Nelis n’est pas encore arrivé, et je n’ai pas de réponse immédiate quand je lui écris avec le wifi de l’hôtel. Je suppose donc qu’il est en chemin. Avec l’australienne on s’accorde pour se retrouver pour dîner, j’ai également prévu de retrouver les français en ville pour la soirée. Et on se choisi donc un restaurant bien en vue, français, et un peu cher pour la qualité… Nelis nous rejoint enfin !

IMG_3355

IMG_3388

L’australienne m’apprécie beaucoup semble t-il (Nelis me confirme mon impression) mais ce n’est pas réciproque sous tous les aspects. Le lendemain on se perd un peu de vue.

La soirée se poursuit sur Pub street, dans le vacarme des bars dansants, des spectacles de rues plus ou moins réussis de touristes plus ou moins bourrés (plutôt plus). Certains se lancent dans des exercices de voltige au milieu de la rue, plutôt dangereux surtout pour ceux qui sont particulièrement imbibés. En tout cas ça met une sérieuse ambiance ! J’ai passé la soirée avec continuellement un verre de bière plein dans la main, grâce à mon amie australienne… Je fini sur les rotules après cette longue journée, et accessoirement avec une perte de 30% d’audition 🙂

Longue journée !

  • J32 (05/01/2014) —————————————————————————

Matin tranquille. Balade dans Siem Reap le long de la rivière après un ptit déj « à la française » dans un café à côté de l’hôtel tenu par un cambodgien qui a connu les français et possédé une Peugeot !

IMG_3359

L’après-midi on lui loue des vélos. Le choix se révélera désastreux puisqu’on part se balader jusqu’à Angkor Wat que l’on ateindra jamais, en tout cas aujourd’hui… crevaison de Nelis à mi-chemin. On revient doucement… il était tard de toute façon.

IMG_5228

La soirée est relativement calme. L’australienne est venu boire un verre dans la cour de l’hôtel. Elle discute à la table avec entre autres le prof d’anglais bulgare qui vit actuellement en Chine que j’ai rencontré la veille en arrivant. Cet homme là s’est marié avec une chinoise et a des enfants je crois. Il est prof dans une ville chinoise du sud et a 3 mois de vacances dans l’année. Il avoue déprimer d’avoir autant de temps libre, et sa façon de parler le confirme. Chaque année il part 1 mois ou 2 autour de la Chine pour passer le temps. A sa place j’adorerais :).

Bref. Je ne m’attarde pas, je décide de commencer à planifier ma sortie (du Cambodge) et m’éclipse.

IMG_3367Je prend le temps de manger un assiette dans un resto de rue, discute et ris avec une maman et sa petite fille, puis rentre à l’hôtel pour mettre au point mon planning des prochains jours, et semaines, finalement.

En effet, il me reste maintenant 1 mois et demi et je veux bien profiter de ce temps. Je décide de réserver des vols aux moments clé pour profiter de tarifs low-cost. Je planifie alors le reste de mon trip dans les grandes lignes. Je remonterai à travers la Thaïlande vers le nord et traverserai le Laos pour entrer au Vietnam par le nord ouest, et Dien Bien Phu. Je book un vol de Hanoi vers Ho Chi Min Ville, puis le retour de Ho Chi Min vers Bangkok. Les billets sont à 30€ et 60€, ça vaut le coût, même si ça va me mettre quelques contraintes par la suite.

Je croise à nouveau Michelle, on évoque l’option de faire un bout de route ensemble. Cependant elle est plutôt partie pour entrer au Laos par le sud et la région des milles îles, alors que je souhaite traverser la Thaïlande pour entrer au Laos à Vientiane. Je trouvais que son trajet était particulièrement long en transport, et je sais qu’au Laos le bus est pas très bon… En échangeant par email par la suite on décidera de partir chacun de son côté.

  • J33 (06/01/2014) —————————————————————————

Jour important! On se lève à 5h pour admirer le lever de soleil sur Angkor Wat. On part en vélo dans le noir. Sur le chemin on se retrouve avec d’autres cyclistes et des tuktuks. Le chemin est long. On fini par arriver aux abord d’Angkor Wat, sans avoir vu la billetterie. On savait qu’elle était avant, mais pas de trace ni d’indication sur la route ! Et malheureusement pour nous, un gars nous confirme que c’est bien 5km en arrière. On est bon pour refaire 20 bonnes minutes de vélo à fond ! Tabernacle ! On risque de manquer le meilleur ! On repart donc et on trouve difficilement les bureaux touristiques et c’est reparti. Il fait déjà super chaud ! On arrive enfin devant le temple principal, et c’est parti pour la visite !

IMG_5235

IMG_5241   IMG_3371

Devant le temple se trouve deux étangs. Devant les étangs les touristes se massent pour prendre les photos avec le reflet du soleil  levant dans l’eau. J’ai pris cette photo pour ensuite m’intéresser à la scène amusant de tous ces touristes amassés en double à l’extrémité de l’étang… très amusant. J’en ai même profité pour faire quelques pauses afin de…………………….. certaines de leurs photos (oui, je suis un peu sale gosse parfois).

IMG_5244

IMG_5247

On voit ici quelques malheureux éléphants de balades.

IMG_5292

IMG_5333

En allant vers les restaurants pour prendre le petit déj on est témoins d’une scène très amusantes avec ces petits singes. L’un tenait une grosse fleur de nénuphar qu’un autre lui a donné, ce qui s’est traduit par la femelle singe s’est vu offrir une fleur par son copain singe, qui en a profité pour… bref… censuré. Commentaire de touristes américaines présentes sur les lieux : « it’s life! » Non je l’ai pas dit!

Pendant le déjeuner devant le temple je me permet quelques jolies photos des cambodgiens. Je suis plus que séduit par les cambodgiennes.

IMG_5319

IMG_5313

Après ces heures de visites, vélo, ascensions de temples, en plein soleil. Avec Nelis on en peut plus. Le tuyau du patron de l’hôtel n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd.

IMG_3377On décide d’aller à cet hôtel avec piscine qui offre l’accès à la piscine et le déjeuner pour 5$, durée illimitée. Et ça fait du bien ! On est comme des rois ici. Une famille de clients russes finissent par se joindre à nous au bord de la piscine, avec pour l’anecdote un petit survol des transats par un drone, piloté par le papa qui s’amuse comme un fou…

La soirée sera encore tranquille. Après avoir changé d’hôtel (on avait réservé chacun 2 nuits car il n’y avait pas 4 nuits consécutives au Wonder), on sort tous les deux dans un roof bar pas trop loin.

Demain, on a décidé de se prendre par l’hôtel un tuktuk à la journée, avec un programme bien défini.

  • J34 (07/01/2014) —————————————————————————

Petit déj vite fait et on décolle !

IMG_3389  IMG_3408

 

 

 

 

 

 

 

 

La journée sera très bien remplie ! On a décidé de faire 3 groupes de temples :

Bang Mealea (celui de Tomb Raider), le groupe des Roluos, Prah Vilear, pour terminer par le magnifique Ta Phrom (d' »Apocalypse Now ») sur la zone d’Angkor.

Les trajets se font dans la campagne cambodgienne, ce qui permet de voir énormément de villages, maisons, habitants (même rapidement). En passant, sur notre demande, notre chauffeur nous arrête à la maison de sa famille où on rencontre ses nièces et son frère. Il est ravi. On comprend assez mal de qui les enfants sont, ça a l’air assez compliqué chez eux… Il ne parlent pas anglais, on se parle par signe, il nous fait visiter le terrain. Ce sont des cultivateurs de riz. Du riz est en train de sécher au fond du terrain. La maison est comme toutes les maisons du Cambodge, sur pilotis. La pièce de nuit est en haut, tandis que la pièce de vie semble être… l’extérieur, en dessous de la maison… En cette saison en tout cas, car il fait beau et chaud tous les jours.

On quitte la jolie famille, notre guide semble finalement mal à l’aise. Il a certainement envie d’avancer. Il reste encore du chemin !

IMG_3403

Dans certains temples, je m’éloigne des sentiers balisés et me perd un peu entre les pierres. C’est assez magique, ça me fait faire un peu d’escalade, j’ai l’impression parfois que je vais me perdre dans les anfractuosités et disparaître dans ces blocs de pierres de plus de 1000 ans…

 

Cette journée est jusqu’ici ma plus riche en terme de photo. J’ai dû m’habituer et prendre des photos à partir du tuktuk en marche n’a pas été facile au début, mais je n’ai ensuite plus arrêté de shooter tout ce que je voyais. C’était fantastique. Le paysage, les villageois, les gamins qui pèchent, les animaux, les motos, tracteurs ou autres machines utilisées pour transporter des hommes ou des marchandises… On a bien rigolé. Ils transportent vraiment tout et n’importe quoi avec leurs trucs, vivant ou mort…

IMG_5484  IMG_3405

IMG_5409

IMG_5394    IMG_5384

IMG_5489    IMG_5415

IMG_5413    IMG_5534

IMG_5513

Le dernier qu’on visite, avec notre chauffeur fatigué, est Ta Phrom, celui qui sert de décor à « Apocalypse Now », de Coppola, et la scène avec Marlon Brando et Martin Sheen (même si le film n’est en fait tourné que dans une reconstitution du temple en ruine… Ce temple est impressionnant, avec ces arbres qui dévorent les pierres…

IMG_5574

On termine notre périple par le coucher de soleil au somment d’une colline, non loin d’Angkor Wat (j’ai oublié le nom)…

IMG_5617Et quelle n’est pas notre surprise de voir que nous ne sommes pas seuls ! Cela nous donnera d’amusantes photos d’un coucher de soleil dans la foule 🙂

Pas seulement des touristes ici, beaucoup de cambodgiens viennent pour admirer la descente de l’astre mythique. Une vraie institution on dirait.

Demain, c’est le grand départ, un peu vers l’inconnu et l’impro. Le patron du Wonder Angkor Hotel, Mister WhyNot, ne m’a pas donné de nouvelle mais m’a promis de me trouver un van pour aller au nord. Je le crois.

La suite donc dans le chapitre « Vers le nord ! »

Thailand islands & New Year in BKK

Suite de mon trip… Comme expliqué dans les articles précédents, mes meilleurs photos sont visibles sur mes albums online. Ici j’ai simplement disposé quelques photos pour illustrer l’histoire.

  •       J15 (19/12) ———————————————————————————

Arrivée à Bangkok,  j’aperçois à la station de bus l’australienne rencontrée dans mon hôtel à Bagan. Le monde est petit (ce n’est pas la dernière fois que je dirai ça!). Mon plan est de filer vers la gare pour tenter de prendre un train de nuit direct pour le sud et Sura Thani, enchaîner avec le bateau jusqu’à Koh Phangan. J’économiserais ainsi une nuit inutile à Bangkok…

Je prends le 13 pour Mochit et discute un peu avec ma voisine qui vit à Pattaya au sud de Bangkok. Ensuite métro direct jusqu’à la gare. Le chemin est rapide.

IMG_3159

Quand j’arrive à la gare, au guichet d’information je demande à un homme qui a l’air serviable comment faire pour aller à Koh Phangan par le train. Il m’entraîne vers la mezzanine de la gare où se situent les agences. Je prend donc mon billet à une agence finalement, par la compagnie Raja, sans trop me demander s’il y a un autre moyen. Le prix est un peu élevé avec le recul, mais sur le moment je ne me focalise pas dessus, je viens du Myanmar après tout, ça reste peu cher ici… et je suis surtout heureux de trouver une place dans le train de nuit, couchette du bas s’il vous plaît. Juste un peu  pressé par le fait que je dois courir changer de l’argent pour pouvoir payer. Les banques sont fermées pour changer. Je dois donc retirer et payer une commission… Tans pis.

Entre temps je me fait aider par un gars qui vend des bricoles sur le trottoir pour enfiler ma carte nano-SIM dans mon iPhone (qui prend les micro-SIM). Je m’étais trompé en achetant ça quand je suis arrivé à Bangkok…

Dîner léger devant la gare en terrasse, à écouter quelques groupes de jeunes touristes (français pour beaucoup) qui vont ou reviennent des îles.

Attente dans la gare. J’utilise ma carte SIM thaïlandaise pour la première fois pour appeler ma grand-mère toute surprise,  puis départ pour le soleil (enfin le soleil j’ai déjà, c’est plutôt la plage que je vais chercher).

IMG_3160

C’est la première fois que je vois un train couchette comme ça! Une allemande dort au-dessus de moi, elle n’est pas très causante du tout et c’est dommage. La couchette est un peu petite pour moi mais c’est plutôt bien. Je bouquine un peu avec de la musique, je suis allongé avec un oreiller sous la tête, je suis contre la fenêtre. Je vois défiler le paysage le paysage. C’est génial! Que demande le peuple!

IMG_3161     IMG_3162

Arrivée au petit matin, on enchaîne avec un bus puis une carriole qui nous amène au… bateau ! J’y suis ! Il fait beau, il fait chaud, la mer est là, bleue turquoise, enfin!

Il est déjà midi passé quand on accoste à Thong Sala, le port principal de l’ïle, après avoir desservi l’ïle de Koh Samui. Je trouve un taxi en arrivant, les prix sont fixés et affiché sur des pancartes. On attend d’autres personnes pour rentabiliser un minimum. Direction Haad Rin qui n’est autre que le lieux des full moon parties (chose que j’ai découvert en arrivant). Sauf que j’arrive entre deux, 2 jours après la full moon. Je suppose que ce sera calme. Finalement le coin est quand même très animé,  des rues très commerçantes. Le Paradise Beach est au fond, sur la plage… Le taxi pickup me lâche, je finis à pied.

Check-in, les quelques personnes qui sont là ou à la piscine ne sont pas très liantes, je sens pas trop d’envie de communiquer. Ils sont là pour la fête et ne savent peut-être pas quoi faire entre deux ?

J’avais réservé un lit en dortoir par précaution. On m’avait tellement prévenu que ça se rempli vite sur les îles… Je n’ai pris qu’une nuit juste pour savoir où je vais tomber et chercher l’endroit qui me plaira. Finalement on me donne un bungalow pour le prix du dortoir, et c’est tant mieux, vu les énergumènes qui sont là 🙂 Je sais déjà que je n’y resterai qu’une nuit ici. J’ai l’intention de partir dès le lendemain à la recherche de mon futur hôtel pour les 3 prochains jours. Je louerai un scooter pour ça, ce que je fais en fin d’après-midi auprès d’un loueur qui est juste à côté et vend aussi des vêtements. Détail anodin, je lui laisse mon passeport périmé. J’ai entendu qu’on pouvait être embêté en rendant les motos louées, et comme j’avais pris ce passeport en cas de problème (je ne pensais pas à ce genre de problème) autant s’en servir.

IMG_3172

En scooter, après avoir rechargé un peu en gaz en achetant une bouteille au bout de la rue, je prend la route qui longe la côte sud, fais le plein à une station essence et poursuis vers l’ouest vers la route qui va vers le nord. Ma première cible est la plage du nord-est, Thansadet. D’après le guide c’est l’une des plages les plus calmes et retirées. C’est un peu ce que je cherche.

Après quelques kilomètres vers le nord j’arrive au carrefour près de la cascade Thansadet et du parc national. Et là, la route change du tout au tout. Je m’en aperçois dans la première descente que je prend, pourtant lentement. La route n’est que de la terre dure, sèche, avec de grosses crevasses, traces des lourdes pluies de la mousson sans doute. La pente est raide, j’ai beau freiner à fond avec le frein arrière je continue de descendre en dérapant un peu, je bloque le frein avant, et évidemment la roue avant de tourne et je ne peux empêcher le scooter de se coucher. Je n’allais pas vite, donc j’arrive à rester debout, je perd une tongue. Mais quand je relève le scoot, je constate que des protections de plastique sont rayées. Rien de bien méchant, mais bon…

IMG_3175

IMG_3189

J’arrive finalement et prudemment à la fameuse plage. C’est désert, un restaurant plutôt vide donne sur la plage. Je visite deux bungalows avec superbe vue sur la mer. L’ambiance est étranger, en fait très calme, quand je demande un bungalow disponible on me fait comprendre qu’il n’y en a pas beaucoup de libre mais je vois 8 ou 10 personnes en tout, alors qu’il y a au moins 30 bungalows… Les prix sont corrects. Mais même si je cherche le calme, je n’ai pas de coup de cœur pour l’endroit, que je trouve en plus assez isolé de tout. Oui, je cherche le calme mais ne veux pas d’un endroit si isolé… va comprendre 🙂

IMG_3177IMG_3181IMG_3184

Je repars donc, non sans avoir pris mon banana mixed à un bar en hauteur avec une vue magnifique. Quatre personnes sont là, l’une a l’air de travailler et fait une conf call, tous sont de mon âge voire plus. L’homme de la maison répare un coin de la terrasse qui a dû être abîmé par une tempête. Le vent est fort en hauteur effectivement…

Je fait la route en sens inverse jusqu’à la côte sud et retourne vers l’est et mon hôtel car le soleil tombe vite… Je reprendrai la quête de l’endroit de rêve demain matin de bonne heure.

Le reste de la journée (qui passe très vite, la nuit tombe vite en Asie) je tente de m’insérer dans une partie de foot sur la plage devant l’hôtel. Ce ne sont que des locaux apparemment. Je demande à l’un d’eux qui ne joue pas sur la touche si je peux jouer avec eux, il me dit non, le plus simplement du monde. Je ne comprend pas vraiment, car ils sont un nombre impair à priori, c’est pour ça qu’il ne joue pas… Bref, il ne parle pas anglais, je passe mon chemin et termine ma balade de la plage.

IMG_3190

Ensuite je flâne un peu dans la ville. Cela ressemble un peu à toute ville balnéaire que je connais. Je craque sur un gros resto de burgers… L’ambiance est bizarre, je n’ai pas encore vu ça depuis mon départ de France. Les gens sont comme habitués de l’endroit. Je comprend une chose. Ici je vois des vacanciers, pas des voyageurs, et ils viennent en groupes. Peu d’envie de rencontre, en tout cas à cette heure de la journée sans doute et pas sans ambiance festive et/ou alcoolisée… Je m’y fais bien, après 15 jours sans une journée en solo, ça me va. La soirée sera calme. Je bouquine, potasse un peu le guide pour connaître l’île puis m’endors rapidement.  La nuit dans le train était bien courte malgré le confort très appréciable.

  • J16-19 (20-23/12) Koh PhaNgan ————————————————–

Le lendemain je me lève assez tôt car je veux faire mon tour en scooter et trouver un autre endroit pour résider avant le check-out de ma chambre au Paradise.

Je pars donc vers l’ouest jusqu’au port, puis vers le nord jusqu’à Haad Salaad, la plage dont m’avait parlé Talib. J’y visite plusieurs hôtels, la plage est sympa. Petit village ni trop petit ni trop grand, plutôt calme et reposant… Je choisi de m’installer finalement dans un bungalow d’un hôtel dans le centre de la plage, qui a également une école de plongée (« française »).

Je vais rester 3 nuits ici. A lire, me balader à pied ou en scooter dans toute l’île. Une fois l’hôtel choisi j’ai été rendre le scooter et faire le check-out à Haad Rin.

Le loueur a remarqué tout de suite les problèmes que j’avais eu. J’ai expliqué sur les freins étaient défaillant. Il me sort la liste des pièces et des prix (en thailandais) et fait la somme de ce que coûtent les réparations. 10000 baht environ. Et il me fait un prix ! Je rie beaucoup d’abord puis essaie de négocier car je sais que j’ai abîmé la machine, mais pas au point de payer la moitié du prix d’achat (un scoot neuf vaut 25000 baht environ) ! Le gars me tourne le dos, je fini par lui dire que je m’en vais. Il ne sait pas que je me soucie peu de mon passeport… En plus j’ai prévu de quitter l’hôtel où j’ai déclaré être… Donc celui-là ne me reverra plus. Je n’avais pas envie de perdre mon temps à le menacer ou négocier encore. J’aurais pu utiliser l’argument police touristique, le fait qu’il n’a pas le droit de conserver les passeports, qu’il n’a pas demandé mon permis, ou d’assurance, bref… Il ne faut pas se laisser intimider par les loueurs, ils ne sont pas clean en général. La chance que j’ai eu était d’avoir utilisé mon joker, le passeport périmé, ça m’a évité des problèmes.

En taxi je me fais emmener au port, où j’ai l’intention de louer un scoot. Ainsi quand je quitterai l’île je n’aurais qu’à revenir en scoot au port. Plus besoin de taxi. C’est bien la meilleure chose à faire quand on arrive dans les îles !

Sur mon séjour sur l’île j’ai tenté de voir un match de muaï thaï mais il n’y en avait pas. J’ai fait l’ascension du Khao Ra, le sommet de l’île (642m), en 1h. Départ à 15h30, le garde m’a dit que c’était trop tard et qu’il allait faire nuit, donc j’ai fait vite. Je cacherai pas que ça m’a tué, mais j’ai été content d’arriver au sommet, même si la vue n’était pas exceptionnelle avec le temps gris.

IMG_3214

J’ai aussi profité de quelques couchers de soleil sur la côte sud, dans un bar de plage tenu par des suédois très sympathiques.

IMG_3206

Ces trois jours de farniente et balades photos m’ont épuisé ! Il est temps de s’activer un peu ! Prochaine destination Koh Tao, où j’ai booké dans une école de plongée pour passer mon Open Water (chez Carabao). Je file en scoot avec mon gros sac vers le port pour embarquer sur le bateau qui va m’emmener sur l’autre île.

IMG_3221IMG_3223

  • J20-25 (24-29/12) Koh Tao ————————————————————

Sur Koh Tao, île plus petite que Koh Phangan, je loue un scooter dès l’arrivée dans le port et roule jusqu’à la pointe sud et la plage où se trouve l’école Carabao, juste à l’ouest de shark bay, la plage où on peut voir des requins en snorkelling.

IMG_3231

IMG_3236

On me montre le dortoir, Dan m’accueille à l’école est m’explique le planning. Comme on est le 24 après-midi, il est tard pour commencer. Le lendemain les instructeurs ne travaillent pas, c’est Noël. Donc je pourrai terminer le 28 au plus tôt. Mon instructeur sera Marco, un français. Je fais connaissance de l’équipe. Le soir un repas est organisé au resto de l’hôtel. La soirée s’annonce longue et arrosée. Je parle avec pas mal de monde, de tous pays… Finalement, crevé de mes 3 jours de repos à Koh Phangan, je ne tiens plus et vais m’allonger dans le dortoir, qui surplombe le bar. Il est 23 heures. Je ne me réveillerai que le lendemain matin, tout habillé…

Je rencontre plusieurs français ici, plus jeunes que moi, Esteban avec qui je ferai l’open water, vient du sud-ouest. D’autres viennent de passer leur PVT en Australie… Esteban vient avec sa réputation du sud-ouest : le soir de Noël en rentrant bien amoché des bars, il n’a pas retrouvé l’hôtel, il a dormi sur une plage 🙂

L’ambiance est sympa et je m’y plais bien. Noël passe un peu inaperçu ici. Ambiance plage et soleil, trop différent de ce que je connais. J’ai du mal à me mettre dans l’ambiance quand j’appelle en France pour saluer la famille. Les jours suivant on enchaîne les plongées et là c’est bon ! Même si l’eau n’est pas la plus claire, les plongées sont de qualité. Marco est un bon instructeur et je m’éclate au fond de l’eau. Malgré tout, j’ai été déçu de ces plongées, rien à voir avec mon expérience de Bali… A savoir : ne jamais faire son baptème de plongée dans un endroit comme Bali ! Les plongées suivantes ailleurs sont toujours décevantes.

Un truc à faire aussi, une petite balade à Shark bay au sud de l’île. En snorkelling, j’y ai vu des petits requins. C’est impressionnant et facile.

Le dernier jour je rencontre deux belges qui viennent aussi pour l’Open water. Super sympa. Olivier et Julien, des cousins qui ont l’habitudes de passer le nouvel an ensemble et en voyage… On se donne rdv à Bangkok où ils ont prévu de passer le nouvel an, tout comme moi.

Le matin du 29 je prend le bateau avec la compagnie Lompraya pour Chumpong , sur la côte, où je prendrai un bus pour Bangkok qui me fait arriver le soir. Dans le bateau ça secoue pas mal. Beaucoup de personnes avec leur tête dans des sacs plastiques autour de moi. Même quand on supporte bien, c’est pas évident !

  • J26 (le 30/12) à Bangkok —————————————————————–

Mission vers la gare de bus pour trouver un billet direct pour Siem Reap. La seule compagnie qui fait ça s’appelle Transport Co. Elle permet d’éviter un peu d’embrouille à la frontière, le changement de bus, etc. Je visite le parc Chatuchak au passage. Discussion avec un écureuil. Il y a pas mal de thaïlandais qui se baladent, font du sport… C’est intéressant. Je crois que peu de monde travaille en ce 30 décembre. Il n’y a plus de place pour le 2 ou le 3 janvier. Je réfléchis un peu à prendre pour le 4. Ce décalage me ferait perdre 1 jour au moins. Mais ai-je le choix. Je regarde le prix des vols sur mon téléphone en consommant mon crédit. Finalement c’est mieux par le bus.

IMG_3272

Au retour je vais manger dans mon quartier. J’aime bien Silom, ce quartier assez branché occidental avec ses McDo et autres mais aussi bien thaï avec ses temples, ses restos de rue… L’hostel Miles Map est bien tenu mais l’ambiance est quasi inexistante. Peu de rencontre.

IMG_5164

  • J27 (le 31/12) à Bangkok —————————————————————

IMG_3283

Levé très tôt le matin pour aller visiter la pagode Wat Arun, j’ai repris le bateau bus pour aller vers Khao San Road car je voudrais aussi faire le musée national, que je trouve fermé. Je tente un autre monument, le Vimanmek Palace, dans le quartier Dusit, c’est également fermé (c’est une période de jours fériés…), mais comme je fais tout à pied j’en profite pour visiter ce quartier et prendre des photos. Ce coin, plein de petites rues, de maisons ou immeubles avec un peu de verdure, doit être très sympa pour séjourner également.

IMG_5040

IMG_5041    IMG_5042

Je rentre à l’hôtel. J’ai décidé de faire une longue sieste dans l’après-midi pour être en forme pour soirée. Je discute rapidement avec celui qui partage ma chambre qui est argentin. Il retrouve des personnes le soir pour la fête du nouvel an mais ne me propose pas de les accompagner. Bon, pas grave. Je me repose et décide de partir à 6 heures.

Je vais d’abord directement dans le quartier chaud Sukhumvit. Je n’étais pas venu la première fois. Je me balade dans les rues principales. Quartier étonnant avec des grands hôtels pour les riches et les étrangers expatriés, et des gens extrêmement pauvres comme ceux qui mendient en laissant leurs bébés par terre, on marcherait presque dessus…

IMG_3295

En attendant les belges j’ai le temps d’observer, ces vieux ou vieux beaux qui traînent des jeunes nanas thais. J’en avais peu vu du côté de Khao San… Il y a un paquet de bars combi VW, aménagés en bar à cocktails avec des grosses sonos. C’est génial.

IMG_5169IMG_3294

La soirée commence finalement quand les deux belges arrivent. A 23h je les emmène au Oskar, que m’a conseillé le patron du resto français Le Ptit Zinc, où je suis passé plus tôt dans la soirée (où j’ai craqué pour un verre de vin médiocre à 300 baht). Dans ce bar déjà bondé, on prend des shots énormes et quelques bières et on passe minuit, le fameux count down. En sortant on traîne un peu dans la rue en s’arrêtant aux bars de rues…

IMG_3309

IMG_3303

Ensuite direction le Levels, une boîte juste en face qui se situe en étage élevé d’un immeuble moderne. Je commence à être bien bourré. L’ambiance de la boîte est bonne. Du monde, musique forte, bonne déco. Mais peu de souvenirs à partir d’ici. Dans l’heure qui suit on se fait entraîner par des filles dans une autre boîte, le Mix, sans trop savoir pourquoi, car le Levels était pas mal. Le Mix est archi blindé et en sous-sol, aucun intérêt,  musique forte, on danse quand même pas mal. Les nanas avec qui on est venu se sont évaporé, comme si elles avait accompli leur mission. Les verres servis contiennent 100% d’alcool je crois! J’en peux déjà plus! C’est chaud. Les photos que j’ai pris seront les seuls témoignages. Les souvenirs sont très vagues.

IMG_3311

On part vers 4h. Je sais plus comment on prend un taxi et à un moment je descend et quitte les belges pour terminer à pied. Je marche 45min ou 1h. Ouf quelle soirée !

  • J28 (01/01/2014) ————————————————————————–

Le premier janvier est une journée plutôt vite passée. Réveil tard, seule activité de la journée, et non la moindre : je décide de monter en haut de la tour Baiyoké II, la plus haute de Bangkok (343m). La vue est impressionnante là-haut, et puis la sensation de mouvement est réelle. Je me demande ce qu’on doit ressentir en haut de la tour à Dubaï !

IMG_5046

Dans l’escalier du dernier étage est affiché le palmarès d’une course qui consiste à monter les 84 étages en courant ! Chapeau !

IMG_5066

Au dernier étage, sur le toit, le sol tourne en permanence, ce qui fait que sa bouger on a une vue à 360° de la ville (c’est pour les faignants on est bien d’accord). Je me fait une séance de photo de coucher de soleil et de nuit. Le coucher de soleil n’est pas sensationnel. Un léger nuage de pollution à la grenobloise bouche un peu la vue et les couleurs…

IMG_5122

 

Sur le retour je me perd un peu dans les marchés de rue du quartier jusqu’au Siam Center… puis je rentre à l’hôtel en tuktuk puis skytrain. C’est déjà pas mal pour un 1er janvier !

IMG_5143

Le soir je me contente  de mon resto de rue préféré et je reste à l’hôtel pour bouquiner et surfer un peu…

  • J29 (02/01/2014) ————————————————————————–

Déjeuner dans la rue en face de l’hôtel,  le coins des restos de rue, où on me reconnait maintenant. Un thaï s’installe en face de moi faute de table libre. On se met à discuter. Il vit et travaille au Canada en fait, à Vancouver dans un resto thaï. Il passe quand même 3 mois par an en Thaïlande. Son patron est sympa!

Il parle anglais avec un accent terrible, mais on peut parler pas mal. Sa mère travaille sur un marché flottant. Il me raconte sa vie et je lui explique vite fait la mienne.

Je voulais encore faire quelques visites aujourd’hui mais je me suis renseigné, plusieurs musées sont fermés…

Changement d’hôtel pour le Smile Society, que je vais pourrir sur hostelworld… Même s’il est mieux situé, plus près de Pat-Pong, le foin qu’on en fait sur Internet n’est pas mérité. Ambiance glaciale, la pire depuis que je suis à Bangkok, et cher par rapport à la qualité (couchages, confort dortoirs, petit-déj)…

Le soir était censé être ma soirée Muaï thaï. J’ai repéré le  stade Lumpini (du nom du parc du même nom) sur Google Map, je sais qu’il y a des matchs tous les jeudis… Je décide d’y aller, même le prix de la place (45€) ne me retient pas. Même pas non plus cette jolie blonde hollandaise rencontré à la porte de l’auberge ne me retiendra pas avec son sourire dévastateur ! Je veux de la sueur, du sang, de la violence ! 😉

Bref, je pars (elle m’a presque mis en retard quand même). Quand j’arrive dans le coin, je demande à des tuktuk qui paraissent ignorer où se trouve le stade. Je suppose qu’ils cherchent à me faire faire un tour pour rien et poursuis ma route. Je demande finalement à une femme dans la rue où je devais trouver le stade mais où je ne trouve aucune ambiance… Non, pas de stade par ici. La jeune fille, étudiante en médecine, et partait faire son jogg dans le parc, essaie de m’expliquer où il se trouve, non sans mal. Je comprend que le stade est loin et que c’est foutu pour moi.

Je ne suis pas trop déçu, d’abord parce que je reviendrai en Thaïlande dans quelques semaines et j’ai une chance d’en voir un à Chiang Mai, et aussi parce que j’ai économisé 45€ (ça compte quand on est en mode backpacker) 🙂 !

Pour la petite histoire, j’ai ensuite trouvé un autre stade Lumpini sur GoogleMap, et pas si loin de là où j’étais. Il y en a donc 2 sur Google Map, la belle arnaque !

  • J30 (03/01/2014) ————————————————————————–

La veille de mon départ pour le Cambodge. Je commence la journée par un retour dans le quartier chinois, effervescent, ça tourbillonne d’activité et d’odeurs de canard… Quelques trouvailles également dans les boutiques d’antiquité. Je suis sûr qu’un amateur de vieilleries deviendrait dingue ici ! Une mamie chinoise m’a vanté les petits objets de plaisir usagés !

On y trouve pour tous les « goûts » 😉

IMG_5224

 

Soirée avec un japonais rencontré à l’auberge.

IMG_5176

On commence à Sukhumvit (on traverse Cow-boy street). Pas facile d’échapper aux caresses et aux « Hey handsome, don’t you want a drink ? »… Ensuite j’ai envie d’aller à RCA. Ce quartier, dont j’ai entendu parler dans le guide et sur des forums et qui est censé être un endroit très branché et electro, n’est vraiment pas facile à trouver. Enfin j’ai eu du mal 🙂

Le chauffeur de taxi ne savait pas (je me rendrai compte plus tard que les chauffeurs de taxi d’ici ne connaissent pas leur ville). Je lui ai demandé de nous emmener là où je pensais que c’était, puis on a tourné un peu et finalement j’ai proposé de finir de tourner à pied, malgré l’ambiance lugubre de l’endroit. Après coup je sais qu’on est descendu à quelques rues de là où ça bouge finalement (on a pas mal visé, mais la rue est longue!).

On marche sur RCA Alley, ou Rama IX Soi 8, enfin… les noms de rues ne sont pas fiables ici… En plus c’est très peu éclairé et on ne croise personne à part quelques scooter et voitures… Mais aucun problème.

Après 15 minutes de marche et quelques photos originales, on voit enfin la lumière de ce qui ressemble à une rue de bars/boîtes. Enfin!

Faute d’avoir des chaussures je ne peux pas rentrer dans un club qui a l’air pas mal. Pourtant ils en vendent à l’entrée, mais assez cher. Et puis je suis en short aussi, je n’ai pas de chaussette je suis en flip-flops, bref, c’est pas la grande classe… On se retrouve au Shogun, un bar très sympa aussi, bonne musique, jolie DJ en plus. Finalement c’est quand on demande l’addition qu’on se met à parler avec tout le staff, le patron japonais entame une longue conversation avec mon ami du soir et du coup pour passer le temps j’amorce avec la DJ qui s’appelle Soda ou un truc comme ça…

IMG_5191

RCA est donc un endroit assez sympa pour sortir, un peu à l’écart, beaucoup moins de touristes que vers Sukhumvit ou Silom et les clubs ont l’air assez branchés musique (plus électro). Je pense cependant qu’on y était pas le meilleur soir. Peut-être la période n’est pas propice également.

Rentrée en taxi après négociation…

  • J31 (04/01/2014) ————————————————————————

Départ en bus de Bangkok pour le Cambodge et Siem Reap (temples d’Angkor), où je dois retrouver Nelis, rencontré au Myanmar !

Bangkok & Myanmar

Donc c’est ici que çà commence. Le trip en Asie.

On est le 5 décembre 2013. Je ne suis jamais parti aussi longtemps, je ne connais que très peu l’Asie… Mais j’en ai assez entendu parlé, je sais que ça va être un beau voyage. Je me suis beaucoup renseigné sur tout un tas de choses, les logements en Asie, les coutumes, ce qu’il faut emmener dans ses bagages, les visas, etc… Je pense que ça devrait aller. J’ai un sac à dos de rando (pas si grand que ça) et un sac à dos de petite taille, bagage à main, qui contient entre autres mes papiers important et mon matériel de photo. Ce sac ne me quittera jamais, même quand j’irai aux toilettes…

Mes meilleurs photos sont visibles sur mes albums online. Ici j’ai simplement disposé quelques photos pour illustrer l’histoire.

  • J1 (05/12/2013) ——————————————————————-

Le départ de Paris Charles-de-Gaulle ! Détendu. Enfin libre !

  • J2 (06/12) —————————————————————————

C’est un bien long voyage. J’ai une connexion à Doha au Qatar puisque ma compagnie est Qatar Airways. J’y étais déjà venu lorsque j’étais allé à Bali il y a 4 ans. L’aéroport est sans intérêt. Une grande zone commerciale où on peut acheter des montres, parfums ou autres produits technologiques à des prix qui me semblent absolument identiques à ceux qu’on voit en Europe ou ailleurs. Je retrouve également la loterie qui permet de gagner des voitures de luxes qui sont exposées ici.

Heureusement mon escale n’est pas trop longue. Lorsque j’embarque enfin dans l’avion qui doit m’emmener à Bangkok je suis sujet d’un épisode qui ne doit pas être rare dans cette région du monde. Ma place est en hublot au bout d’une rangée de 3 et il se trouve qu’il y a déjà deux femmes assises côté couloir. Au moment de leur faire comprendre avec le sourire que ma place est ici, attendant qu’elle se lève pour le laisser y accéder, elles ne bougent pas d’un pouce et font signe à l’hôtesse. Je ne comprend pas. Elles ne parlent pas anglais et ont plutôt l’air locale. Je précise qu’elle porte le voile complet (laissant voir le visage). Une discussion en ce que je pense être de l’arabe entre elles et finalement l’hôtesse m’explique qu’elles ne souhaite pas être assises à côté d’un homme étranger. Un homme de leur famille (un mari) est dans l’avion apparemment et elles le cherchent pendant que l’hôtesse gère la situation. Elle leur trouvera finalement d’autres places. J’ai cru un moment qu’on allait me déplacer moi. Étrange moment, étrange de se sentir rejeté… enfin j’ai gagné au change car les personnes avec qui elles ont changé leurs places sont très sympas. Entre Doha et Bangkok je passe ainsi 6 heures à parler avec une très jolie thaïlandaise, hôtesse de l’air de la compagnie qui part en week-end chez elle à Bangkok, avec un collègue qui se présente comme gay. Tous deux vraiment drôles. De bons éclats de rires avant d’arriver à Bangkok. Tout ça ne me laisse que peu de sommeil cependant !

Arrivée Bangkok,  j’ai sous-entendu à ma jolie voisine que j’aurais bien besoin d’un guide dans cette grande ville. J’avoue qu’assez crevé et blasé du voyage je n’y ai pas mis une grande énergie. Je me suis vu meilleur que ça ;). Je crois franchement en plus qu’elle n’avait elle qu’une envie, c’est de se retrouver avec ses amis thaïlandais chez elle. Après tout, elle voit suffisamment de gens du monde entier et n’est pas plus que çà impressionné. Je l’abandonne donc devant les contrôles des passeports, là où elle prend la file rapide des locaux.

Pour moi, surprise puisque je ne paie pas de visa. Simplement un petit sourire à la camera. Visa gratuit depuis peu pour les français, une chance qui me servira dans mon voyage puisque ce pays sera ma base autour de laquelle je vais rayonner. Je rentrerai en fait 4 fois en Thaïlande au total. Après avoir récupéré mon sac sans problème je file vers le metro pour le centre ville (Airlink express) et vais jusqu’au terminus Phaia thai. J’ai booké 3 nuits dans une auberge dans le quartier des backpackers, Khao San Road. En sortant du metro, je rencontre un couple qui cherche un taxi également pour aller dans ma direction. Je leur propose de partager. On en laisse passer plusieurs qui ne veulent pas mettre le compteur. Elle est suisse et lui canadien de Calgary. Il vit en Thaïlande depuis plusieurs années comme dresseur de tigres après une carrière dans le marketing. Belle entrée en matière avec les histoires de vies! On rencontre quelques problèmes sur la route avec les manifs mais le chauffeur connait les détours à faire.

Arrivée dans la folie de Khao San. Dans le dortoir, je rencontre très vite Lewis, jeune anglais en vacances, à qui je propose d’aller dîner. On rencontre Thalib, allemand de mon âge et d’origine turque, sur le pas de la porte puis Harry, un retraité anglais, voisin de table au resto de rue (chez Dan, Magic food). Grosse journée riche en rencontre. Comme je vais le voir durant tout mon voyage, quand on le veut, les rencontres se font à toute vitesse.

  • J3 07/12 ——————————————————————————-

J’ai froid au réveil. Au petit déjeuner j’entame la conversation avec mes voisines, 2 jeunes et jolies américaines en vacances, Kelsey et Grace.

Après pas mal d’attente des uns et des autres on part avec Thalib, Lewis et Harry (qu’on prend à son hotel) faire une balade en bateau dans les khlongs, ces petits canaux situés de l’autre côté du fleuve. Bonne négociation en duo avec Harry, on divise le prix par 3 pour 1h30 de bateau avec le chauffeur (~1500 Baht je crois). On part donc dans ce long et fin bateau à moteur récupéré sur un avion de la seconde guerre mondiale (au moins).

IMG_4244

IMG_4268

IMG_4278

IMG_4275

Dépaysant, on s’arrête dans un marché sympa où on reste pour manger un morceau, le passage de l’écluse a aussi pris du temps, du coup le retour se faire un peu précipité mais on était plutôt content de la balade.

IMG_4289

Ensuite on prend un bateau bus pour aller au pier 5 et on commence une longue marche dans les rues de Chinatown et ses magasins de fous.

IMG_4314 IMG_4312

IMG_4319

IMG_4368

Harry connait déjà tout ça et a l’air très à l’aise. Il s’arrête pour prendre des cafés toutes les 30min, on rit avec des gens, j’entreprend de vendre des beignets sans grand succès. Je découvre qu’on peut se gaver facilement de fruit dans ce pays, des vendeurs d’ananas frais sont là tous les 20m! C’est génial. Visites de quelques temples, premières photos avec le reflex et retour au quai pour revenir en bateau au point de départ. Au moment d’embarquer, dans la précipitation et la foule, Harry et Lewis doivent attendre le bateau suivant. Ils sont bloqués par le gars qui gère les embarquements, vaguement de la police ou de la sécurité. Avec Thalib on les attendra à l’arrivée. J’ai bien apprécié le système des bateaux. Très simple, pas de fioritures, peu de sécurité mais aucun problème, et pas cher même pour les locaux.

Retour à l’hostel on prend un peu de repos. Mais finalement après une discussion avec les deux américaines, je leur propose d’aller dîner (avec les mecs également). Je ne sais pas si c’est l’air thaïlandais mais je suis le moins timide du groupe!

On retrouve Harry, on traîne encore un peu pour se décider (ah les groupes!). On se dirige finalement vers un resto dans la rue en face.

IMG_4417

IMG_4413

Ces personnes sont vraiment agréables et drôle. C’est un très bon moment que je passe là. Je suis parti en solo après plusieurs semaines/mois de folies à Paris, crescendo jusqu’au départ. L’envie d’être tranquille et seul était bien là. Mais je me rend compte que depuis que j’ai quitté le sol français je n’ai presque pas eu de moment seul… et ça va. Sauf pour une chose : demain je vais faire un peu plus ce que je veux. Je supporte mal d’attendre les autres, j’ai l’impression de perdre du temps même si j’ai deux mois devant moi…

A une table à côté je remarque un couple qui se parle pas pendant tout le repas. Étrange sensation. A vrai dire, ça arrive dans un voyage qu’on ait envie/besoin de ne rien dire. Mais pendant un dîner c’est juste étrange.

A la fin de la soirée on rentre doucement à l’hôtel. Échanges de Facebook avec les filles. Adieux.

C’est fou en tout cas comment le sujet de l’argent revient souvent, car tout est tellement peu cher on se fait constamment la réflexion sur le rapport à l’argent et la différence avec nos pays d’origine. On aurait envie de tout acheter. Ça va peut-être passer…

  • J4 08/12 —————————————————————————-

Harry, avec sa cane, devait changer d’hôtel et il a demandé à Lewis de l’aider avec sa valise. On y est finalement tous allé. Visite du Grand palace ensuite tous les quatre. Incroyable chose à voir, style tellement différent de ce que j’ai pu voir jusqu’à présent. Bali était loin.

Ensuite on file au marché de Chatuchak en taxi et skytrain. Un truc de fou, un monde de fou. On y trouve tout et évidemment pas cher même si certaines choses me paraissent moins cher ailleurs. Achat et négociations vont bon train.

IMG_4477

IMG_4476

IMG_4491

IMG_4494

Après des derniers achats alors que les prix baissent (les vendeurs ont des pancartes pour tous les prix et les changent à chaque heure qui passe), on rentre en bus. Il fait nuit. Longue attente. J’observe un peu. C’est amusant ces gens qui montent dans les bus qui ne s’arrêtent pas, les portes ouvertes.

Soir dîner rapide au magic thai restaurant, où on avait rencontré Harry, avec quelques tours de magie. Max me prend comme cobaye. Je vois une faille dans son tour mais je décide de ne rien dire devant tout le monde. Ce qui me motive c’est aussi qu’il est bon dans le show le bonhomme 🙂

Petit stress ensuite pour booker mon trajet vers l’aéroport, car ce n’est pas simple de sortir de Khao San Road et je ne connais pas encore bien le fonctionnement. Tard le soir je ressors donc pour acheter une place dans un van qui m’emmènera à l’aéroport Don Muang. Le départ est très en avance (5h) car ils attendent beaucoup de problèmes avec les manifestations. Demain c’est lundi. Ils ont appelé à un regain d’énergie dans les protestations !

Retour à l’hostel, je refais mon sac puis je me couche… Bye bye Thalib et Lewis! Demain Myanmar pour moi! Je n’ai finalement pas été seul aujourd’hui non plus, mais j’ai du temps pour ça…

  • J5 09/12 ——————————————————————————

La nuit a été très dure car j’ai presque pas dormi. Bizarre comme parfois on attend le sommeil, on sent quand c’est le moment mais c’est repoussé au loin par certaines pensées qui bouleverse tout l’espoir qu’on avait mis dans le troupeau de mouton. Ensuite notre nouveau voisin a commencé à ronfler, c’était la fin de ma nuit avant qu’elle ne commence… des gens parlaient fort dans le couloir, une grosse envie de descendre pour les frapper mais je suis en haut du lit superposé, la grosse flemme… ces petits cons qui Skype aux US dans le couloir pendant qu’on essaie de dormir… J’ai laissé les boules quies de côté car je veux être sûr d’entendre mon réveil… Ah les joies des auberges de jeunesse. Mais je suis plutôt content de celle-la, à part ça elle est plutôt calme! Finalement le réveil me réveille vers 4h30 et je décolle pour attraper mon van.

A l’endroit du départ je discute un peu avec une flamande à la retraite qui attend le même mini van. Elle a la voix cassée de la fumeuse et sens mauvais la clope du matin… je la laisse a l’aéroport, prétextant presque devoir faire du shopping. Pas tout à fait faux car j’ai un début de crève aussi je dois passer tester les bonbons thaïlandais pour la gorge! J’en trouve qui vont me rester jusqu’à la fin du voyage 🙂

Le temps ne passe pas vite a l’aéroport. J’avais finalement 3 heures d’avance. Un peu trop prévoyant l’agence du mini-van, mais je ne m’en plains pas, au moins je ne raterai pas mon vol. Et puis on s’occupe. Je rencontre une argentine vite fait dans la file d’attente pour le checkin. Elle part au Cambodge elle. C’est amusant des employés en uniforme sont chargés de se tenir au bout des files pour indiquer aux gens où se placer!

IMG_3032       IMG_3033

Vol sans problème avec Air Asia (mon premier et pas mon dernier). Arrivée à Mandalay, Myanmar (Birmanie). Un peu le bazar pour les taxis, on sens que c’est un business assez nouveau et que l’aéroport n’est pas très fréquenté. On se fait embarquer à plusieurs dans un van, direction le centre ville. Ils me disent que ma guesthouse est fermée (pour m’emmener dans un endroit et toucher leur com’). Je démens, leur montre l’adresse en birman (image jpeg que j’ai récupéré de la page Facebook qui m’a permis de réserver, ça aide beaucoup !) et insiste pour y aller.

IMG_3024

Je dois avouer que je me demande où je vais atterrir, étant donné que j’ai eu 2 échanges par Facebook avec la guesthouse, arrivant dans un pays assez peu développé en offre de logement… Enfin c’est aussi ça le voyage, quelques risques et faire confiance… Finalement le chauffeur est très sympa. On ne sent pas de mauvaises intentions.

On s’amuse un peu avec le taxi partagé. Deux slovènes en vacances, une thaïlandaise qui revient en vacances là où elle a fait ses études. Original! Elle parle assez mal anglais mais on arrive à se comprendre un peu. Elle vient passer 4 jours et ne prévoit pas de visites particulières. A un moment alors que je discutais avec une voisine slovène, la thaïlandaise m’effleure la jambe (je suis en short). Je la regarde, elle sourit, elle est en fait impressionnée par ma pilosité de jambe. Oui enfin je ne suis pas un ours quand même, c’est pas impressionnant en Europe, mais ici pour eux ça fait beaucoup de cheveux de jambe hein !

IMG_3036

Arrivée à la guesthouse. La gérante est super gentille et accueillante. On sent qu’elle a envie que ses invités soient bien chez elle. Yoe Yoe Lay Guesthouse, signifie « bel endroit ». Elle me passe même son fils au téléphone (qui habite ailleurs) pour qu’il m’explique en anglais que je peux rejoindre la Thaïlande par le nord, ce qui était mon plan de départ, seulement en bus, vers Tachilek, ville frontière avec la Thaïlande. Ensuite, fatigué et déçu de la pluie (qui sera la seule pluie sur 3 mois) je ne fais pas grand chose de mon après midi à part une balade dans les environs (mais la guesthouse est excentrée). Sieste  donc, interrompue par l’arrivée d’un argentin et d’une allemande., dont je fais la connaissance, Tadeo, à peu près mon âge et Rena, jeune étudiante de 21 ans. On profite d’un dîner avec eux à la guesthouse. Puis on ne traîne pas avant d’aller se coucher. Nuit de repos nécessaire…

  • J6 10/12 —————————————————————————–

Réveil assez tôt. J’ai finalement pas très bien dormi, je me suis relevé quand les autres dormaient dans la nuit. Petit coup de blues sans trop comprendre pourquoi…

Petit dej avec Rena l’allemande et Tadeo l’argentin arrivés hier soir. J’apprend que la frontière terrestre à Tachilek est fermée. Je pourrais donc aller à Tachilek mais pas y passer en Thaïlande… Damned! ça change mes plans…

Je les motive pour louer des motos. On décide vu le prix de prendre un taxi à la journée (moins cher en partageant). Un autre voyageur se joint à nous, Nelis le flamand. A quatre c’est encore plus intéressant. On part pour Amarapura et le pont en tek puis on enchaîne avec des temples et pagodes.

IMG_4530 IMG_4533

IMG_4580 IMG_4587

IMG_4584

Déjeuner en ville dans un restaurant avec beaucoup de birmans qui nous regarde beaucoup. La vaisselle qu’ils nous donne est encore emballée dans du plastique (en provenance de Chine à coup sûr). Je ne sais pas si c’est pour nous rassurer sur la propreté… On termine la journée par la colline  dite Mandalay et son temple pour le coucher du soleil. On discute avec des moines qui veulent apprendre et pratiquer l’anglais. Ça me va aussi, ils nous expliquent un peu leur vie, c’est intéressant. En flânant sur la plateforme du temple, je vois un peu d’agitation et des photographes. Je demande ce qui se passe. Le président du Laos est ici, pour une cérémonie. Je l’approche d’assez près pour une photo. C’est le président que j’ai approché de plus près! Dîner chinois à côté de la guesthouse. Je suis le seul à aimer l’épicé et je prend cher. Tout le plus fort est pour moi. ! Petite séance amusante de négociation de Rena, avec le chinois, qui souhaite payer en dollars. Négo sur le taux de change, etc… Ces trois là sont vraiment sympa et intéressant. Je suis déjà content de ces rencontres.

IMG_3059

Rena ne souhaitait pas rester à Mandalay et a décidé de nous laisser ici pour prendre un bus de nuit pour Bagan, où Nelis, Tadeo et moi on souhaite aller également, mais le lendemain par un bus de jour.

  • J7 11/12 ——————————————————————————

Réveil tôt pour prendre le bus a 8h. Petit dej avec Tadeo.

On dit byebye, photo du groupe avec le personnel adorable et on part en taxi avec Nelis et Tadeo.

IMG_4591

Quatre heures de bus avec karaoké à fond, avec un arrêt sur une « aire de repos ». Les toilettes m’ont marqué ici. Outre le fait que c’était très sale, mais ça ne m’a pas dérangé plus que ça, ce qui était drôle c’est la hauteur de la cabane de bois. Il fallait se plier en deux pour tenir à l’intérieur. Pas facile de faire son affaire je vous assure :). C’est finalement la même chose dans presque toute l’Asie (dans les coins peu touristiques). On a le temps de boire un coup et de regarder un match à la télé d’un sport très populaire en Asie, le sepak takrauw, ou dacau (ou pleins d’autres noms encore). Proche du badminton mais se joue avec les pieds (sans raquette donc) et le volant est un peu différent…

IMG_3062

Quelques km avant d’arriver à Bagan, le bus s’arrête. On nous explique tant bien que mal (on comprend tout seul) que les touristes doivent payer une taxe d’entrée (comme un péage quoi) de 15$ (mon guide à jour évoque 10$). Sans commentaire, mais ça ne fait pas très plaisir. Un péage qui coûte le prix de 2 nuits d’hostel en Thaïlande…

IMG_4593

A savoir, lorsqu’on paie en dollar, les billets doivent être parfait (neufs). J’en ai vu refuser pour une micro tâche d’encre ou bien une micro déchirure… Idem pour les euros d’ailleurs si on veut en changer dans les banques.

Arrivée à Bagan. Assaillis par des taxis à la descente du bus, on file à pied chercher un hôtel.  On demande a un couple en route qui nous orientent vers une guesthouse qui est full. Après avoir traversé la ville on fini par trouver un hôtel avec une chambre pour 3 pour 36$. Juste le minimum. Pas confortable mais on est plutôt heureux d’avoir trouvé quelque chose. Il y a le wifi. Nelis se jette sur son téléphone !

On loue des vélos et on part trouver de quoi manger. Tadeo veut une pizza (lui voyage depuis 2 mois déjà). On va au San kha dra, un resto simple et plutôt pas mal. Rena nous rejoint.  Elle a une sale allure, elle est nous apprend qu’elle est malade depuis cette nuit. Elle est très faible, intoxication alimentaire ou autre… Elle reste pas longtemps a table et va dormir sur une chaise. Finalement on la raccompagne à son hôtel. Nelis l’emmène en taxi. On les suit avec Tadeo mais on se perd… Classique. Je l’attend pendant qu’il va devant pour vérifier si on a pas passé l’hôtel sans le voir. On ne se souvient même plus du nom, pas facile pour demander… En attendant, je reste devant une maison (ouverte), et la famille m’apporte une chaise gentiment. Trop gentils 🙂

IMG_3071Curieux que je suis, je m’approche de l’intérieur et regarde un film à la télé avec le fils, je crois que c’est le film « 300 », en birman. Je ne comprend rien évidemment. Les échanges sont un peu compliqués avec ces gens aussi. On s’échange des sourires et des exclamations… un peu frustrant…

Nelis revient finalement, et là, je me demande où est Tadeo… Cocasse! Ils ne se sont pas croisé… Tadeo arrive finalement, on rigole bien et on retourne à l’hôtel pour poser le vélo de Rena et repartir vers les temples pour le coucher de soleil. Ce n’est pas le bon jour, c’est plutôt nuageux mais on entrevoit déjà la beauté et la taille du site, du haut d’un temple pas très éloigné de la ville… retour à la nuit, on se fait un resto rapide sur le chemin, puis retour à l’hôtel. Quelques bières dans un bar à côté en regardant l’opening des SEA games, gros événement pour la Birmanie, qui reçoit pour la première fois l’événement sportif, équivalent des jeux olympiques, mais simplement pour l’Asie du sud-est (14 pays quand même). Je me suis longtemps demandé pourquoi ça se passait au Myanmar, dans la capitale (au milieu du pays) mais finalement j’ai appris assez tard que ce n’était pas un événement autour des sports aquatiques…! (ben oui quand on m’a dit « sea games » j’ai tout de suite visualisé des plans d’eau avec des compétitions de canoë, natation et autre water-polo 😉

Bonne journée.  Le moral est revenu, je sais pas pourquoi non plus.

Demain Tadeo va se faire une journée seul car il part le soir pour Yangoon. Moi j’ai plutôt envie de glander un peu.

  • J8 12/12 ——————————————————————————

Réveil tranquille.  Arrivée de Rena finalement et elle s’installe avec nous à la place de Tadeo. On part ensuite en vélo visiter le site des temples qui sont partout. Celui de Ananda est superbe.

IMG_4610

On déjeune a côté.  Rena n’est encore pas très bien alors on poursuit la balade avec Nelis jusqu’à une belle pagode, agrémentée d’un Bouddha couché dans un bâtiment annexe. On ne résiste pas à faire une sieste en haut de la pagode, au soleil, l’endroit est calme et propice ! Rena nous y retrouve par hasard. C’est l’occasion de discuter avec des enfants.

IMG_4650

IMG_4642

IMG_4624

On veut continuer plus loin sur le site car j’ai repéré un endroit pas mal pour le coucher de soleil mais Nelis crève un pneu. On rentre difficilement avec 2 vélos pour 3. On s’arrête finalement à une pagode que j’avais repéré dans le guide, adéquate pour le coucher de soleil car on a dans la perspective un grand nombre de temples et pagodes, vers l’ouest. Le site est connu. Il y déjà du monde mais on en profite bien. Superbe coucher de soleil et magnifiques photos. On en prend plein les yeux !

IMG_4651

On rentre crevés, trop de sport.  Courte soirée. On dîne au resto où on avait regardé les SEA games. On envisage finalement de rester tous les trois pour faire un trek vers le lac Inle. Rena n’était pas sûr du nombre de jours qu’elle pouvait prendre. Finalement on reste sur un trek de deux jours, ça suffira bien pour un premier… Le bus du lendemain matin était plein donc on prendra celui du lendemain soir, ça décale un peu le planning et surtout c’est plus compliqué pour le trek, mais on va se débrouiller. On arrivera dans la nuit et on partira en rando au petit matin. On est jeune quoi ! (enfin eux oui) 😉

  • J9 13/12 —————————————————————————-

Journée à Bagan plutôt peu productive, balade à pied, resto, balade au bord du fleuve. On se fait chasser par un chien. C’est joli mais il n’y a vraiment rien. Les habitants ne profitent pas des rives du tout, quelques pêcheurs et ambiance lascive…

IMG_4693

Départ le soir pour un voyage de nuit plutôt court. On a réservé le trek puis une nuit d’hôtel au lac Inle, mais rien pour l’arrivée à Kalaw. (départ de la rando). On verra bien sur place, et surtout à quelle heure on arrive. Dernier dîner à Bagan en vitesse avec un suisse allemand que j’arrive pas à comprendre en anglais. Petite frayeur dans le bus car lors de la première pause ils arrosent les roues et ça fume beaucoup, ça paraît assez dangereux mais je suppose qu’ils ont l’habitude. Sans doute plus de liquide de frein. Finalement on arrive sains et saufs, sans problème.  Des français à côté de moi dans le bus,  longue discussion avec un gars qui veut s’installer à Montréal.

  • J10 – 14/12 ————————————————————————-

Arrivée à Kalaw à 2h finalement.  Vu l’état de fatigue on décide de prendre une chambre à une jeune nana qui attendait les touristes du bus. Elle essaie 3 chambres avant d’en trouver une correcte pour 3. L’une n’avait que 2 matelas alors la pauvre proposait de nous donner le sien, ce qu’on a refusé poliment. Finalement elle réveille sa mère.

Réveil à 7h. Préparation pour le trek. Difficile de faire le sac, je sais pas trop quoi mettre. Finalement il est bien lourd mon sac à dos!

Petit trajet en voiture puis on est lâché dans la campagne avec nos 2 petites guides. Début de la marche. C’est plutôt plat. On croise des paysans, quelques champs de chili, de sésame, gingembre ou blé.  Déjà on voit que nos guides ne sont pas très bavardes, et ça se confirmera. C’est un peu dommage.

IMG_4695

IMG_4707

IMG_4723

Quelques passages pentus qui donnent chaud mais dans l’ensemble ce n’est pas très difficile. Déjeuner dans un village dans une maison en feuilles de bambous. Sieste. Le repas est préparé par nos 2 guides et est très bon. Peu bavardes mais excellentes cuisinières! Au passage, je commence à m’émerveiller de ce qu’on peut faire avec du bambou…

IMG_3120     IMG_3116

IMG_3118

Arrivée dans un petit village de pa-o qui viennent de récolter le riz, c’est l’effervescence. On va dormir vraiment à l’ancienne! Pas d’eau courante,  d’électricité… dîner très bon voire trop copieux préparé par nos charmantes guides de chez « Sam Trekking ».

IMG_4747IMG_3129

IMG_4753

IMG_3130

Vu les toilettes j’hésite à manger beaucoup car je n’ai pas l’intention d’aller chier là-dedans. Une petite cabane de bois, trop basse… je vous laisser imaginer.

Pourtant le dîner est copieux et délicieux ! Après le repas on part se balader finalement pour profiter du village. Un petit tour sur la place déserte. Il se fait tard. La nuit est tombée depuis un moment. On trouve finalement un petit café où tout le monde (enfin surtout les hommes du village) regarde du foot. La seule télévision du village, est alimentée par un camion en marche placé à l’extérieur de la maison !

IMG_3136

C’est le Myanmar contre la Thaïlande, dans le cadre des SEA games.  C’est chaud ici! On discute un peu, notamment avec un homme qui parle un peu anglais. Le match est important pour eux. C’est la première fois qu’ils organisent ces jeux, et puis avec les thaïlandais, ils ne s’aiment pas du tout. Après ça, on rentre se coucher. On se sait pas trop comment sera la nuit, et demain à priori une longue journée nous attend.

  • J11 15/12 —————————————————————————-

La nuit fut horriblement froide. Je me suis levé pour ajouter un pull. J’étais aussi heureux d’avoir un sac-drap, que Nelis m’a envié. Je pouvais m’enfermé dedans. Rena n’a pas eu froid du tout et a très bien dormi elle. A n’y rien comprendre des femmes !

IMG_3134

Départ 8h après un bon petit dej et des bons pancakes (préparé par les guides). Je m’empiffrerais volontiers mais j’ai une grande envie d’aller aux toilettes alors je me retiens donc de manger trop… j’en pleure (c’est le moment émotion de mon histoire).

Randonnée (trop) tranquille pour une arrivée au bateau au Lac Inle. Petit passage au péage de la région en arrivant, encore un petit billet de 10$ laissé pour le développement local (ou le gouvernement). Amusant d’ailleurs de voir le panneau indiquant le montant : 10$ ou 10€ ! Heureusement j’avais des $ 🙂

Ensuite, charmante balade dans les jardins flottant assez incroyables!

IMG_4789

IMG_4779

On a ensuite passé l’après-midi tranquille dans les environs de l’hôtel. Douche, mise à jour des messages. Petite balade à pied dans la ville. C’est le moment de me décider de ce que je fais ensuite. Nelis ne veut pas être trop de temps à Yangoon donc il va rester une nuit de plus ici. Moi j’ai pas très envie de rester, et je souhaite avoir deux jours à Yangoon. C’est la plus grande ville après tout. La décision est vite prise. Un bus est booké avec Rena pour le lendemain soir. Bus VIP de nuit.

La soirée sera paisible près de l’hôtel, dans un restaurant italien. Après tout ce sport, on a eu besoin de se remplir l’estomac, vraiment.

  • J12-13 16-17/12 —————————————————————–

Marché de Nyaungswe le matin. Assez incroyable ce qu’on y trouve, les poulets découpés sous nos yeux, des tas de poissons…

Ensuite déjeuner italien puis balade l’apres-midi pour se trouver un coin à sieste. Mais après la visite du vineyard on file vers le lac qui est trop loin. Plus le temps. On revient pour le coucher de soleil au vineyard, on croise la française du bus (on se rend compte assez vite qu’en tant que backpacker on se retouve souvent dans les mêmes endroits, et puis aussi on se repère de loin…). On rentre vite à l’hôtel pour une douche puis c’est parti en bus.

Le trajet en bus est horrible, ça secoue énormément,  j’en deviens malade. Pourtant je ne suis jamais malade en transport… Je ne dors pas. Je remercie ce bus VIP pour ses toilettes. Arrivée à Yangoon je suis crevé, vidé, lessivé. Heureusement Rena m’accompagne jusqu’à mon hôtel avec le taxi. Elle a géré le trajet car je n’arrivais pas à réfléchir suffisamment.

A l’hôtel on me donne la clé de ma chambre. J’en suis heureux, car il n’est que 7h du matin. Ils auraient pu me dire d’attendre midi ou ma chambre pourrait être prise. Avec ma clé je me crois sauvé. Ce que je n’ai pas compris tout de suite, c’est que ma chambre est au 9ème étage et qu’il n’y a pas d’ascenseur ! Là, c’est l’épreuve. La fille du patron me montre ma chambre mais ne daigne pas m’aider. Elle m’attend à quelques marches. Je me demande si c’est une caméra cachée. Je lâche mon reste d’énergie pour atteindre cette foutue chambre. Trop heureux, je vais direct me coucher et y reste toute la journée. Ma seule sortie (en dehors de la fois où j’ai couru pour aller vomir aux toilettes) sera de monter sur le toit et d’admirer la vue. C’est vrai qu’on y voit la pagode Schwedagon et le port. Le temps est magnifique.

IMG_4832IMG_4833

  • J14 18/12 —————————————————————————–

Réveil assez tôt (couché très tôt) dans un meilleur état bien que fatigué.  Je décide de visiter la pagode de Schwedagon car il fait beau. J’essaie d’y aller à pied mais me ravise pour un taxi. Le taxi doit payer pour entrée dans l’enceinte.

Quand j’entre pour prendre un ticket, je dois laisser mes tongues, évidemment. J’ai comme l’impression qu’ici on ne fait payer l’entrée qu’aux étrangers. Je trouve ça presque normal, car à la limite les birmans y viennent pour prier. Mais je me dis qu’après tout je pourrai également y venir uniquement pour ça si j’étais bouddhiste. Et puis comment font-ils pour reconnaître en moi un étranger ? Au faciès peut-être (…) ?

Bref, en tout cas, que d’or pour cette religion qui promeut la simplicité du Bouddha… et autant de distributeurs de billets qu’à Time Square…

IMG_4826IMG_4829

Retour à l’hôtel pour le breakfast qui me redonne un peu d’énergie. Je rejoins ensuite la guesthouse Agga ou je dois retrouver Nelis. On mange un morceau ensemble. J’apprend que son voyage a été terrible aussi. Il a été malade exactement comme moi et est vidé. On va manger un morceau. Il me fait rire car dans le salon de thé il demande du pain, seulement.

Je vais donc faire seul une balade sur le port puis retour casa pour repos.

IMG_4849IMG_4843

IMG_4846

Le soir on se fait un resto tranquille après la visite d’un mall, et après avoir croisé une jolie blonde qui va alimenter nos rêves à tous les deux toute la soirée. C’était amusant car on était en train de traverser la grande rue pour atteindre le restaurant, une jeune femme nous a croisé, est passée entre nous deux au milieu de la double chaussée. Et d’un seul mouvement on s’est retourné tous les deux. La femme s’est retournée également avant d’atteindre l’autre trottoir… On ne saura pas lequel elle regardait… Bref je sais pas pourquoi j’écris ça 😉

Au retour, on va se coucher chacun dans son dortoir. J’ai une longue discussion avec un japonais dans la chambre. Lui travaille depuis 3 mois à Yangoon (il a décidé de quitter le Japon, après avoir également vécu en Italie et à Paris) dans l’édition. Je lui ai demandé ce qui a pu le faire venir ici. Le pays n’est pas encore très accueillant pour travailler (enfin c’est mon opinion sur le moment). Il me raconte les difficultés à trouver ne serait-ce qu’un logement à un prix décent (un appartement est aussi cher à louer qu’à Paris).

Je finis par m’endormir, après avoir lutté pour éviter de tuer mes colocataires, tous plus ronfleurs les uns que les autres !

  • J15 (19/12) —————————————————————————

Aujourd’hui, c’est la journée de transfert de Yangoon vers les îles ensoleillées de Thaïlande. Je prend l’avion sans problème,  un peu surpris par le café à 4$ de l’aéroport! Du luxe que je me permet. Avec un café comme ça, j’aurais fait un gamin heureux à Bagan ! 🙂

La Birmanie est un très beau pays, la population découvre peu à peu le tourisme, je suis content d’y être allé maintenant. Dans 2 ans, tout aura changé ! Déjà mon guide de 2013 m’indiquait des distributeurs de billets présents seulement dans la grande ville de Yangoon. 6 mois plus tard quand je suis sur place, les distributeurs et banques ne manquent pas dans les grandes villes touristiques (plusieurs à Bagan). Cela va très vite…

Bye bye donc la Birmanie / Myanmar. C’était mon premier véritable séjour en mode voyageur (backpacker) dans un pays d’Asie. Je mettrai un peu de temps et de recul pour m’en faire une opinion je pense, notamment par comparaison avec les prochaines semaines dans les autres pays que je vais visiter. Mais en tout les cas j’étais vraiment heureux de toutes mes rencontres et des paysages traversés !